Nowakowskismes 6.11. Planète d’errances

illustration par Nicolas Hamm

Il existerait neuf limites planétaires à ne pas franchir avant que l’humanité n’assiste à un changement d’état irréversible de l’écosystème planétaire. Or le rapport du Stockholm Resilience Center paru le 18 janvier 2022 annonce que la cinquième limite planétaire vient d’être franchie. Qu’est-ce que ça signifie ? C’est que l’humanité et plus généralement le vivant meurent étouffés dans les produits chimiques, microparticules et plastiques que nous produisons massivement.
La production de ces éléments n’existant pas à l’état naturel est en constante augmentation, au point de mettre en danger le fonctionnement global de la planète. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La « production de produits chimiques a été multipliée par 50 depuis 1950. Elle devrait encore tripler d’ici 2050 ». La production de plastique à elle seule a augmenté de 79 % entre 2000 et 2015. Les plastiques sont constitués de différents polymères et peuvent contenir jusqu’à 10000 substances chimiques. On ignore les propriétés de certaines d’entre elles, mais on sait qu’elles ont un impact réel et dévastateur sur l’environnement.
Sonner l’alarme avant qu’il ne soit trop tard ! Mais est-ce vraiment avant, qu’il ne soit trop tard ? Aujourd’hui, la pollution chimique a très largement dépassé les seuils de précaution qui avaient été établis dès 2009. Le concept de « limite planétaire » s’appuie sur l’idée que, depuis plus de 10000 ans, tout au long de l’holocène, la Terre était restée dans un état stable. Si certaines limites venaient à être franchies, nous pourrions assister à un changement d’état catastrophique de l’écosystème planétaire. 
Sur les neuf limites planétaires établies, quatre d’entre elles ont d’ores et déjà été franchies en 2015. Il s’agit du changement climatique, de l’érosion de la biodiversité, des perturbations globales du cycle de l’azote et du phosphore et des changements d’utilisation des sols. 
Dans l’étude parue la semaine dernière, il apparaît que la quantité de produits chimiques d’ores et déjà présents dans notre environnement a dépassé les seuils de tolérance. Certains polluants peuvent être trouvés dans le monde entier, de l’Arctique à l’Antarctique, avec des preuves accablantes des impacts négatifs sur les systèmes terrestres, y compris la biodiversité et les cycles biogéochimiques. 
En fait, le volume de substances chimiques disséminées dans la nature est devenu si important que nous ne sommes même plus en mesure de les surveiller efficacement et donc de mesurer leur impact… 

Bienvenue en 2022. Bienvenue dans un monde dans lequel certains ont tout perdu, et choisissent de prendre la route, dans une tentative de retrouver cette liberté perdue. Devenir un migrant dans son propre pays, et au-delà devenir un nomade partant à la rencontre des autres, redécouvrant le sens des mots commun, solidarité, compréhension mutuelle, face à l’immensité de la nature, face à la solitude aussi, et surtout en résistance à ce qui nous dépossède de ce qui fait de nous des êtres dans le monde. Êtes-vous prêts pour ce voyage dans les confins, loin des métropoles bétonnées, dans des espaces qu’on a cru vides, à la rencontre de soi, des autres et du monde ? Êtes-vous prêts pour embarquer sur la planète errante des Nowakowskismes ?

On pensait jusqu’à récemment que la partie d’univers comprise entre deux étoiles et leurs systèmes planétaires était vide. Parce qu’on pensait qu’entre deux soleils, il n’y avait rien. 
Ça c’était jusqu’en 1998. 
Parce qu’en 1998, on fit la découverte de la première planète errante. Et même, que dans la galaxie, il y aurait des milliards de ces planètes errantes, ces planètes sans attache dérivant entre les étoiles.
La route est très souvent solitaire. 
De grandes distances séparent des villages, des points de parking. Pour une raison ou une autre, il peut arriver de devoir s’arrêter et passer la nuit en rase campagne. Au chaud dans un gros gilet de laine, un bonnet enfoncé sur les oreilles, on écoute alors l’eau bouillir sur le réchaud. Adossé contre une colline, on regarde les étoiles, les mouvements vagues de la Terre qui s’en va au travers de la galaxie, sous le regard des yeux phosphorescents des animaux de la nuit. Le temps passe en thés brulants, puis l’aube se lève, s’étend et les oiseaux prennent leur tour de chants. Et, on s’empresse de couler cet instant souverain au fond de sa mémoire, où on ira le chercher un jour. On s’étire, on fait quelques pas et le mot « bonheur » paraît bien maigre pour décrire ce qui arrive. 
Il y avait toujours eu des itinérants, des vagabonds, des trimardeurs, des âmes errantes incapables de rester en place. Or, aujourd’hui, dans ce siècle déjà bien entamé, on avait assisté à l’émergence de nouvelles tribus de voyageurs. Des gens qui n’auraient jamais pensé devenir nomades, un jour se retrouvèrent malgré eux sur les routes, quittant leur maison, leur appartement, leur vie. Pourtant personne n’aimait se contenter de survivre. Ce qui n’était au départ qu’une pulsion désespérée, s’était transformé en un cri de ralliement, un cri qui réunissait ceux qui aspiraient à autre chose. Et sur la route, il y avait de l’espoir. Car l’espoir naissait du mouvement, de l’espace et de la nature parce que, « finalement, ce qui constituait l’ossature de l’existence, ce n’était ni la famille, ni la carrière, ni ce que d’autres diraient ou penseraient de vous, mais quelques instants de cette nature, soulevés par une lévitation plus sereine encore que celle de l’amour, et que la vie distribuait avec une parcimonie à la mesure de notre faible coeur ». Quand l’espoir était aussi vaste et illimité que le territoire, avec cette force chevillée au corps qui rappelait que le meilleur est toujours à venir. Un vieux quatrain d’un poète né il y a des siècles dans les espaces infinis du centre de l’Asie, rappelait que : 
« Même si l’abri de ta nuit est peu sûr
Et ton but encore lointain
Sache qu’il n’existe pas 
De chemin sans terme
Ne sois pas triste »
Il y avait toujours un peu plus loin, dans la prochaine ville, dans le prochain boulot, dans la prochaine rencontre avec de parfaits inconnus, cette force vitale qui poussait toujours vers l’avant. Et là, se formait alors une nouvelle tribu nouée de liens de compréhension mutuelle, de solidarité dans un sentiment contagieux d’humanité enfin retrouvée. 
On pensait que les espaces entre les mégapoles s’étaient vidés, qu’ils n’étaient plus que des déserts hostiles à la vie or des planètes errantes avaient bien été découvertes dans les espaces intergalactiques alors qu’on les avaient crus vides. Pour ceux qui avaient décidé de prendre la route, de partir au volant d’un vieux van, de tout quitter, l’espace qui s’ouvrait était vide et étonnamment peuplé. Il suffisait qu’un gué d’une rivière soit submergé par les pluies diluviennes nées des orages toujours plus violents à cause du dérèglement climatique, qu’il n’y avait rien à faire pour traverser qu’attendre, pour que se retrouvent là des bus recyclés, des caravanes hors d’âge, des vans déglingués, venus de nulle part. On se regroupait, et certains se mettaient à bricoler pour en aider d’autres, réparer un moteur, un essieu, une roue… On mettait en place du troc, et des échanges d’outils contre de la nourriture, ou des livres. Au bout de quelques jours, il y avait une ville sur roues, des enfants couraient entre les véhicules, des vieillards prenaient le soleil en discutant au milieu des toiles de tentes sous lesquelles se jouaient des parties de backgammon ou d’échecs au son des guitares, … un chahut magnifique, les arbres, le ciel, les levers et couchers de soleil, les discussions, les partages autour d’un feu de camp laissant s’échapper vers les étoiles des escarbilles incandescentes, encore une zone autonome temporaire… la vie !
Quand l’eau baissait, que le gué redevenait praticable, tous reprenaient leur route vers leur horizon. Ils savaient qu’ils se croiseraient certainement à nouveau un jour prochain quelque part, qu’un au-revoir était toujours un « à se revoir ». Et chacun savait que tout cela était le merveilleux ! Alors que dans leur vie d’avant, le merveilleux n’était vu que comme l’exceptionnel qui arrangeait, comme le dernier produit à la mode acheté au supermarché. Là, sur la route, dans l’errance, le merveilleux pouvait naître d’un oubli, d’un pêché, d’une catastrophe qui, en rompant le train des habitudes, offrait un inattendu déployant ses fastes sous des yeux toujours prêts à s’en réjouir. 
La route s’étirait alors, crevée par endroits de nids de poule abyssaux. À d’autres endroits, faute d’entretien, elle était de terre battue et ressemblait à de la tôle ondulée qui obligeait à avancer très très lentement. De temps en temps, un lapin traversait la route, des scorpions s’approchaient avant de disparaître entre les pierres du bas-côté, des rapaces perchés sur les arbres bordant la route surveillaient le passage partageant des signaux invisibles aux humains, avec d’autres guetteurs cachés dans l’immensité. En hiver, vers cinq heures, le soleil rougissait révélant tous les détails de ce plateau s’étendant à l’infini vers la nuit. Des montagnes se dressaient au loin, des milliers de kilomètres au travers de paysages comme modelés par un souffle presqu’éteint, comme si une expérience immémoriale de dieux oubliés avait disposé là les aspérités, les accidents, les mirages, les tourbillons de poussière dans une perfection qui décourageait par moments, et qui transportait aussi « parce que là, on avait droit à ces élargissements, et, une fois les frontières franchies, on savait que nous ne serions plus tout à fait les misérables pédants que nous étions ». 
Certains d’entre nous étaient partis sur la route parce que la ville, leur quartier avaient été emportés par la montée des eaux. D’autres, dans un monde de plus en plus terrible, où vivre revenait à tenter de survivre, certains se trouvèrent confronter aux éternels dilemmes, rembourser le crédit immobilier ou régler la facture d’électricité ? Prendre un crédit auto ou acheter des médicaments ou de la nourriture saine ? S’acheter des vêtements chauds ou faire un plein d’essence pour aller travailler ? En fait pour beaucoup, la solution fut radicale. Si on ne pouvait pas augmenter son salaire pourquoi ne pas supprimer ce qui était la plus grosse dépense ? Certains troquèrent leurs quatre murs contre une maison roulante et quittèrent les villes, et partirent sur les routes. Dans cette ère de désastres climatiques et économiques, de salaires de misère, d’explosion des prix du logement, ils s’affranchirent des loyers et des crédits immobiliers afin de s’en sortir. Et je fus l’un d’eux. A quoi étais-je prêt à renoncer, dans ce monde, pour continuer à vivre ?
Je ne gardai que quelques livres – je m’étais souvent poser la question, quels sont ceux que je garderais si je ne devais en emporter que quelques-uns – quelques objets comme connecteurs de ma mémoire vers des temps heureux, je m’achetai un van hors d’âge partiellement aménagé que j’avais vu en vente à deux pas du campus où je travaillai il y a maintenant pas mal d’années. Pour un van vieux de plusieurs décennies, il était en bon état et n’avait que 90000 km au compteur. Il avait été entretenu et surtout l’intérieur était déjà aménagé. Je payais en liquide, j’y rangeai mes affaires, le décorait avec un pot dans lequel poussait un petit arbre de jade, de quelques photos qui ornaient un mur de l’appartement, de statuettes africaines et indonésiennes, je cachai dans un des tiroirs une petite poupée venue d’un lointain voyage en Ecosse. Il fallait que je baptise mon van. Alors, dans une réminiscence d’un film que je citais à mes étudiants quand j’étais encore enseignant, dans un petit jeu de mots, je lui donnais le nom de Van-ishing Point, point de fuite, disparaître, quitter le monde. Vanishing point comme métaphore de la sortie du monde, de l’ailleurs hors le monde choisi et investi par les pionniers d’internet. Je tournai le dos à la ville et je pris la route. 
Les premiers temps furent compliqués. Il fallut quitter la ville, et m’habituer à la vie à bord du van même s’il y avait bien longtemps, pour des virées aux antipodes, j’avais pu expérimenter et apprécier cette vie nomade avec notre maison sur notre dos. Au milieu de nulle part, cherchant un endroit isolé pour passer la nuit loin des descentes de flics, je m’enlisai. C’est un agriculteur qui passait par là qui me sortit du sable. Franchissant les montagnes, je fus pris dans une tempête de neige, et tout gela, même mes toilettes. Dans la descente, tout s’est éteint sur mon tableau de bord, la batterie avait été trop sollicitée dans le froid de cette nuit polaire. Je me laissais aller en roue libre jusqu’une station service qui se trouvait fort heureusement à proximité. J’ai dormi sur des parkings, dans des zones industrielles désaffectées. J’ai aussi connu les pires endroits où les curieux devenaient agressifs m’obligeant à des démarrages en trombe pour prendre la fuite dans la nuit et leur échapper. Et de tant d’autres moments et rencontres, heureux ou malheureux. Pendant des années, saisons après saisons, je roulais ainsi à travers le monde, franchissant les grands espaces en laissant à distance les métropoles surgissant sur l’horizon, dressant vers le ciel les pics de leurs immeubles de béton, dont il était impossible de savoir s’ils étaient encore habités ou n’étaient que des ruines vidées et désertées, restes de la bêtise et de la vanité de l’humanité. 
Un soir, après avoir roulé sur 450 km sur une route en assez bon état, fatigué, je cherchais un endroit pour passer la nuit. Arrivé à un croisement, je pris une piste de terre qui s’enfonçait vers des montagnes dont je ne connaissais pas le nom, le vent hurlait, des nuages noirs filaient devant les étoiles, je ne voyais que des touffes de buissons ça et là au bord de la route. Je franchis une sorte de gué à sec et j’entrai dans un paysage où émergeaient de l’obscurité, des étranges blocs de roche pâle, formant un bestiaire pétrifié d’éléphants, de dinosaures et de trolls. De temps à autre, quelque chose de vivant traversait la route, un lièvre, un écureuil peut-être. Un couple de cerfs s’égaya dans la nuit fuyant le faisceau lumineux de mes phares. La route étroite et rocailleuse serpentait en virages serrés, plongeait dans des ravines, puis remontait pour plonger à nouveau, tout en grimpant progressivement vers un sommet qui serait dans tous les cas mon étape pour la nuit. J’étais fatigué et l’âge avançant, j’encaissais de moins en moins les longues journées de route. Mon dos me faisait souffrir, j’avais besoin de me redresser, et de m’allonger. Des bourrasques de neige m’accueillirent au sommet et je garai Van-ishing Point sous un bouquet de bouleaux. La nuit fut froide, traversée par un vent glacial parsemé de flocons de neige. Je m’endormis emmitouflé dans mon sac de couchage dans le berceau de mon van oscillant au rythme des bourrasques. 
Je me réveillai à l’aube. Relevant les rideaux, je jetai un coup d’oeil à l’extérieur. C’était une scène floue et vague faite de langues de brume emmaillotant des formes sombres et fantastiques fuyant l’arrivée du soleil. Je me chauffai un café, m’habillai et je sortis avec mon bol de café fumant. Le soleil n’était pas encore visible mais les signes avant-coureurs étaient là, les nuages teintés de lavande et de rose –  Rododactylos eos, aurore aux doigts de rose – et dans l’air froid et sec, la vue s’est dégagée dans toutes les directions, ouvrant sur des montagnes s’élançant vers le bleu du ciel, avec à leurs pieds la vallée occupée par le miroir d’une rivière encadrée par des falaises rocheuses baignant dans les ondulations d’une forêt assemblage d’une multitude de touches de verts. 
Debout devant mon vieux Van-ishing Point, j’admirai ce spectacle inhumain de rocs, de nuages, de végétation, et de ciel et d’immensité. C’était comme si tout à coup j’avais enfin trouvé le but à mes errances, un endroit là sous cette étoile, ce globe flamboyant illuminant ce bout de terre rien que pour moi. Nous nous sommes salués malgré les 150 millions de km qui nous séparaient. A ma droite, trois corbeaux faisaient des acrobaties aériennes en croassant, j’étais sûr qu’ils étaient aussi heureux que moi du retour du Soleil. 
Je fis quelques pas et je finis mon bol de café. Pendant ce temps, j’avais ouvert en grand Van-ishing Point pour qu’il s’emplisse et respire à fond l’air frais et vivifiant de ce morceau de Terre. Puis, je refermai tout, je me mis au volant, je tournai la clé du démarreur, et je repris la route qui s’enfonçait dans le paysage. 
Je sais juste que quand je sentirai la fin proche, je conduirai Van-ishing Point jusqu’au bout d’une piste comme celle-ci. Je le garerai, je prendrai mon sac à dos avec quelques affaires dont cette petite poupée de chiffons, et je partirai à pied dans une ultime marche au coeur d’un de ces endroits encore inviolés. 
En 1998, on avait découvert qu’il y aurait des milliards de planètes errantes, de planètes sans attache dérivant entre les étoiles.

Pour finir avec ces quelques mots. Sur les 7000 langues parlées sur notre planète, 50% pourraient cesser d’exister d’ici la fin du siècle et avec elles disparaitront toute une palette d’autres visions du monde. En réalité, chaque année des dizaines de langues cessent d’être parlées. Pour la plupart, il ne restera rien d’elles quand le dernier locuteur de la langue disparaîtra. Or, 4 % de la population mondiale parle 97% des langues et, à l’inverse, la moitié des êtres humains parle seulement une vingtaine de langues qui sont les plus fragiles et les plus menacées d’extinction, surtout celles de tradition orale, parlées dans des régions restreintes, isolées et menacées par toutes sortes de catastrophes. Ainsi, La Papouasie, berceau de centaines de langues, est principalement constituée d’îles qui sont plus riches linguistiquement que des continents entiers. Directement menacées par la montée des eaux due au réchauffement climatique, certaines populations ont commencé à migrer entrainant une dilution de leurs langues dans celle de leur nouvel environnement.
Les diversités linguistiques de l’Amazonie, ou du Nigéria avec ses 500 langues, vont aussi être durement impactées par le changement climatique.
Avec la colonisation, les massacres, les génocides, les déplacements forcés,… des peuples entiers ont disparu et leur langue avec eux. En Tasmanie, au début du XIXe siècle, la quasi totalité des aborigènes ont été tués en une trentaine d’années. On ne sait presque plus rien de leurs langues.  
Pour garder une trace de ces langues tant qu’il est encore temps, des chercheurs du CNRS ont lancé un projet ambitieux, le projet Pangloss. Pangloss a pour objectif de collecter et d’enregistrer ces langues afin de constituer une arche de Noé des langues menacées, comme un legs aux générations futures.

Sources, références et inspirations 
https://www.franceculture.fr/sciences-du-langage/pourquoi-les-langues-disparaissent
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/planetes-errantes-perdues-dans-l-espace
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/pollution/isr-rse/pollution-chimique-une-cinquieme-limite-planetaire-vient-d-etre-franchie-150502.html
L’usage du monde, Nicolas Bouvier.
Nomadland, le film et Nomadland, le livre 
Désert solitaire, Edward Abbey
Podcast. https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.11-27012022-12.24/


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.