Nowakowskismes 6.10. La lumière des libertés enfuies

Illustration par Nicolas Hamm

En 2019, le niveau de vie médian est de 1830€ par mois, et les 10% des français les plus pauvres vivent avec moins de 970€. En 2019, toujours, 14,6% des français, soit 9,2 millions d’hommes, femmes et d’enfants, vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 1102€ par mois. Entre 2002 et 2018, le taux de pauvreté des 18 à 29 ans a progressé de plus de 50%. Aujourd’hui, 4,2 millions de français perçoivent les minima sociaux, dont près de 2 millions, le RSA. En 2021, environ 3,6 millions de français sont concernés par le mal-logement. 
Mais, en 2020, 143000 foyers ont payé l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) alors que plus du double étaient assujettis à l’ISF avant sa suppression en 2018. 
En 2020, le patrimoine des 500 premières fortunes de France vaut 730 milliards soit 10 fois plus qu’en 1996. 
Enfin, comme nous vivons dans un monde merveilleux, les dividendes versés aux actionnaires en 2022 devraient dépasser de 18 % leur niveau d’avant-crise pour atteindre plus de 2000 milliards de dollars. 
En Europe cela s’élèvera à 476 milliards, et en France 74 milliards soit une augmentation de plus de 13% !
Mais ce n’est pas tout. Oxfam annonce dans son Rapport sur les inégalités mondiales que la fortune des milliardaires dans le monde a davantage augmenté en 19 mois de pandémie qu’au cours de la dernière décennie. En effet, de mars 2020 à octobre 2021, les richesses des grandes fortunes françaises ont bondi de 86%, soit un gain de 236 milliards d’euros. À titre de comparaison, elles avaient augmenté de 231 milliards d’euros en 10 ans, entre 2009 et 2019. Ce qui veut dire que si on distribuait à tous les français, bébés inclus, ce que les milliardaires français ont gagné pendant la pandémie ce serait l’équivalent de 3500 € chacun. En fait, depuis le début de la crise COVID, la planète compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté. 

Bienvenue en 2022. Mais bienvenue dans une petite histoire qui va nous emmener dans un monde de surveillance de tous et par tous, dans un monde où nous trouverons toujours quelqu’un pour imaginer le dispositif qui viendra asservir encore plus l’humanité. Mais surtout, une petite histoire qui nous mettra face à nous-même, une petite histoire qui montre que la lumière bute toujours sur les contradictions de l’âme humaine. Une petite histoire qui ne tait rien de nos zones d’ombre, de nos labyrinthes intérieurs et des monstres qui sommeillent en nous. Alors interrogeons notre besoin d’être sauvés et le prix que nous sommes prêts à accepter pour sacrifier notre liberté. Bienvenue dans cette histoire intitulée La lumière des libertés enfuies. 

Ce dispositif avait initialement été inventé pour contrôler la circulation automobile qui s’était densifiée avec cette pandémie, et les espoirs de véhicules autonomes, de transports doux avaient été définitivement abandonnés. La voiture, vantée depuis tant d’années, comme le seul moyen de se réaliser pleinement, de se transformer en explorateurs d’un monde qui n’était vierge que dans ces images reconstituées des clips publicitaires, d’être des amants ou des parents extraordinaires, avait envahi l’espace des villes dans des flux ininterrompus, comme un marée submergeant les moindres interstices entre les blocs de béton servant d’habitats aux humains. La voiture était devenue le mode de transport majoritaire. Elle représentait 62,8 % des déplacements en 2019. Suivaient la marche à pied avec 23,7 % des déplacements, les transports en commun avec 9,1 % des déplacements et enfin le vélo avec 2,7 %. La voiture en plus était un moyen de transport des plus riches. 10 % des ménages les plus aisés possédaient en moyenne deux fois plus de voitures que les 10 % les plus pauvres. « Plus on était riche et plus on possédait de voitures », « plus on se déplaçait loin avec », plus on se prenait pour le sur-humain intouchable et tout puissant que la publicité vantait. 
L’idée avait germé dans la tête d’un de ces chercheurs en quête de notoriété, et pour qui les questions de protection des données, d’éthique et de vie privée n’étaient que des freins à sa créativité et à son génie algorithmique. Il avait donc imaginé un système de surveillance de la circulation généralisé. L’idée était simple puisqu’elle reposait sur l’idée d’une surveillance de tous et par tous. Les véhicules, tous les véhicules, furent donc équipés d’un système qui avait la fonction d’analyser le comportement des autres véhicules – un excès de vitesse à proximité, le système enregistrait les caractéristiques du véhicule, et envoyait les informations, et la verbalisation était automatique. Un dépassement dangereux, des comportements irrespectueux, le véhicule voyait tout, et envoyait consciencieusement les informations pour verbalisation. Le système fut plébiscité, les constructeurs l’installèrent en série et les politiques firent voter les adaptations du droit pour que cette société panoptique voie le jour. Malgré de nombreuses manifestations, des recours devant le conseil d’Etat, l’action des associations, … les humains entrèrent définitivement dans une ère de surveillances. Il faut dire que ce n’était pas la première attaque contre les libertés, mais juste l’aboutissement d’un processus qui avait commencé il y a quelques années, dans les conséquences des attentats qui endeuillèrent le pays, et de la pandémie qui s’installa dans le monde. En fait, comme la harde poussée par les chasseurs-cueilleurs jusqu’au bord de la falaise, nous nous sommes mis à nous entre-regarder, pleins de peur et de hargne, mais avec de bien mauvaises mines. Parce qu’en ces temps, nous étions très loin de la splendeur que les bêtes sauvages savent conserver jusqu’à la fin. Nous, les humains, avions des siècles de domestication, d’exploitation et de passions mauvaises imprimés sur nos corps. Nous savions que l’ennemi était là, en nous, dans ce qui avait émergé de nos sociétés. L’ennemi était bien là, et il avait depuis longtemps troqué les lances et les arcs pour le flash ball, les programmes informatiques automatisés, les plateformes numériques et la propagande numérique. Et cet ennemi nous poussait vers le gouffre où nous attendaient les décombres d’une civilisation déjà morte. Certains d’entre nous succombèrent à la tentation, pour tenter désespérément de ne pas sombrer dans l’abîme, d’y pousser les autres, de se battre, de s’entredévorer, de marcher sur les plus faibles, ou les laisser crever. D’autres, peu nombreux crièrent de toutes leurs forces qu’une autre voie était possible, il fallait tourner le dos à l’abîme, foncer ensemble dans le tas, refuser tout cela, mais ils restèrent seuls, et cette voie fut oubliée. 
Et les temps s’assombrirent encore. La pandémie s’installa, et devint le seul horizon. Tous les soirs, diffusée par tous les médias, et commentée à l’envi, chacun était obligé d’écouter la longue litanie de chiffres des contaminations, le nombre de morts, de personnes hospitalisées. Et la recette était bien connue puisque nous sommes toujours davantage impressionnés par les nombres. Au lieu de réfléchir et d’affronter ce qui avait produit le virus, le productivisme et ses zoonoses, et ce qui a empêché de le contenir, l’absence de stratégie de prévention, de politique de santé publique et la destruction de l’hôpital, les gouvernants firent ce pour quoi ils ont été placés au gouvernail. Ils cherchèrent des solutions, et la propagande fit porter la responsabilité de la prolongation de la « crise sanitaire » sur les épaules de tous. Il fallait déployer en matière de santé ce qui avait si bien fonctionné pour la surveillance du trafic automobile. Les chiffres avaient montré à quel point ce système était performant. Alors, les gouvernants se tournèrent vers l’institution qui hébergeait le chercheur qui avait développé le système pour les automobiles. Ils commandèrent aux chercheurs un système équivalent pour contrôler le virus. Certains chercheurs s’élevèrent contre une telle demande, mais on en trouva, comme toujours dans l’histoire, pour faire le boulot. 
Quelques jours plus tard, le président prit la parole :

« Mes chers compatriotes, il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour, interroger les faiblesses de nos démocraties. Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie au fond à d’autres est une folie. » 

Ces paroles furent prises à la lettre. « Déléguer notre protection à d’autres est une folie » ! Les chercheurs se mirent au travail. Contrairement à ce qu’on avait pu espérer au vu des histoires passées et présentes, les chercheurs, mais globalement la société, ne s’était à aucun moment interrogée sur ce que signifiait ce « franchissement jamais vu jusque-là du seuil d’acceptabilité des populations à l’égard des contraintes liberticides ». Dans la continuité de ces temps nés de la fin du XXème siècle, dans ce qui fut qualifié comme le triomphe planétaire de l’ultralibéralisme, nous entrâmes dans une ère du toujours plus de technologies pour compenser la fragilité et l’imprédictibilité structurelle de l’humanité. Les gouvernements se dotèrent de techniques de contrôle toujours plus invasives prolongeant un rapport au non-humain construit depuis des siècles sur le modèle de l’invasion, les politiques de la peur et les paniques morales, alliées à la conquête numérique de l’attention et de l’émotion, permettant le franchissement des anciennes garanties imposées par quelques révolutions au despotisme étatique. Et là ce fut encore un nouveau champ des possibles qui s’ouvrit pour la « justice infinie  » et les exactions sécuritaires. Le plus inquiétant dans ce qui se passa là, fut qu’au nom de ces raisons sécuritaires et de contrôle généralisé, l’immense majorité des humains les acceptèrent massivement pour préserver leur petit confort, rendant l’autre, l’inconnu potentiellement dangereux. Il le fut plus possible de partager le même air, vu que l’air partagé pouvait devenir source de contamination, d’exclusion voire de mort. Quel saut dans la « chosification » de l’humain, dans la conception de l’humain traité comme une machine vivante à améliorer venions-nous de faire ? 
Le résultat des travaux de ces chercheurs fut à la hauteur, c’était sûr. D’ailleurs, l’humanité a toujours su proposer des solutions à la hauteur même dans les pires temps de son histoire !  
A grand renfort de communication, de relais sur les chaînes d’information en continue, dans les journaux télévisés, sur les réseaux sociaux, le système fut détaillé. Le principe était simple. Chaque humain allait être équipé d’un afficheur numérique visible de tous, affichant son niveau de contagion potentiel. En effectuant des mesures automatiquement sur le corps, captant l’air expiré, mesurant quelques indices vitaux dont on ne sut pas vraiment lesquels ils étaient, le système connecté en permanence aux énormes bases de données qui avaient été constituées tout au long de la pandémie, délivrait un simple affichage – vert pas contagieux et votre fréquentation était possible ; orange, il fallait se méfier et garder ses distances, on devait s’éloigner des autres et en particulier de ceux qui affichaient le vert ; et rouge, c’était l’isolement, la désactivation de la carte bancaire, des titres de transport, et l’obligation de rester enfermer sous peine de lourdes amendes et d’incarcération dans des centres de rétention fermés et gardés. Et la surveillance n’était pas seulement un système automatisé et connecté, mais l’affaire de tous. Chacun serait contraint de surveiller les afficheurs, et de signaler les éventuels contrevenants, marqués d’un affichage Orange ou pire, rouge !
Les porte-paroles se succédèrent dans les émissions spéciales, les talk-shows, … en criant au génie de cette technologie qui nous libèrerait et qui nous permettrait de revivre normalement en ces temps de pandémie. Certains essayèrent de prendre la parole pour en expliquer les dangers, mais ils furent muselés, on leur coupa la parole, et surtout, on les taxa d’être des irresponsables incapables de comprendre le formidable progrès que permettait ce système. Les médias s’arrangèrent pour ne plus leur donner accès aux plateaux. 
Le gouvernement, arguant de l’urgence sanitaire, de sa responsabilité de la sécurité des français, demanda au parlement de légiférer rapidement afin d’autoriser le déploiement de ce système. Et le parlement vota pour, balayant d’un revers de la main les montagnes d’amendements déposés dans une démarche désespérée de préserver la liberté et de débattre. Ces amendements furent largement utilisés par la presse et le camp des « pour » pour jeter l’opprobre sur leurs rédacteurs. 
Aussi bizarre que cela puisse paraître, la majorité des français accepta sans broncher ce système. Bizarre ? Ou tout simplement une des contradictions de l’âme humaine qui se cache dans ce que la liberté peut avoir d’effrayant. Pour conserver un petit pouvoir, un petit confort, pour garder l’impression d’être protégé, nous découvrions que l’humanité n’avait pas forcément envie d’être sauvée et qu’il y avait toujours un prix acceptable au sacrifice de la liberté. 
La France devint une sorte de remake du film L’âge du cristal. Dans ce monde, ce n’était pas un cristal que les humains avaient au creux de leur main indiquant le moment de mourir, mais un écran posé sur la poitrine indiquant s’il était contagieux, à enfermer, et à sortir du monde des vivants, ou s’il pouvait continuer à y vivre inquiet de risquer d’être contraint d’en sortir s’il ne faisait pas ce qu’il fallait pour se garder des autres. 
Je fis partie de ceux qui n’acceptèrent pas cela. 
Dans ce monde dans lequel la lumière bute sur les contradictions de l’âme humaine, nous ne fûmes que quelques-uns à nous opposer à cela, comme nous ne fûmes que quelques-uns à nous opposer à l’omniprésence des plateformes, de la marchandisation de la culture. Il me revenait quelques vers d’un opéra auquel j’avais assisté à l’Opéra National de Lorraine avant que tout cela ne commence :
« – Oh ! Je vois l’eau qui tremble au-dessus de nos têtes !…
– Non, non, c’est la lumière qui vous cherche !… »
La lumière, c’est loin de tout cela que je tentais alors de la retrouver. Je pris des trains en espérant ne pas être vu au grand jour, je marchais la nuit fuyant la lumière du soleil, je franchis des montagnes, je me réfugiais dans des déserts que j’avais traversés en d’autres temps. Et je fus ermite perdu au coeur de l’indétermination du temps et de l’espace du désert en proie à des événements qui me dépassaient. Le monde devint un ensemble d’images, de sensations et perceptions étranges, j’étais voyageur au coeur de ce labyrinthe sans fin, mes rêves peuplés d’humains affichant sur leur poitrine le statut que ce monde lui avait calculé parce que c’était bon pour eux. 
Virginia Woolf avait écrit dans son journal écrit dans une des guerres du XXème siècle que « le futur est sombre, ce qui est la meilleure chose qu’un futur puisse être ». Pour nous, le fait que le futur soit sombre, nous donnait l’espoir de multiples ouvertures possibles. Il nous revenait, il nous appartenait, d’essayer de privilégier, de faire exister, de faire sentir, de cultiver, de nourrir ces possibles heureux et lumineux plutôt que se faire imposer des futurs tragiques. La responsabilité nous appartenait et surtout, pour commencer, il nous fallait raconter ce qui s’était joué là, raconter ce présent et le passé qui l’avait amené à être pour nourrir quelque chose de possible dans le futur. Et avec Isabelle Stengers dont beaucoup des textes avaient été censurés dans le cortège de lois qui suivirent les premières décisions, nous avions été quelques-uns à défendre le fait que « fabuler, ce n’est pas décoller du réel, ce n’est pas rompre avec la réalité, c’est chercher dans ce qui n’est pas perçu, ce qui est inaperçu, ce qui est peu perceptible, des choses qui peuvent être activées de façon à ce qu’elles deviennent possibles ». 

Juste pour finir. L’année 2022 commence avec un record de chaleur, en Australie. La ville d’Onslow (dans le nord-ouest du pays) a enregistré, jeudi 13 janvier, la température de 50,7 °C. Le mercure n’avait pas atteint ce chiffre depuis janvier 1960. À l’époque, le hameau Oodnadatta, au coeur des terres australiennes à proximité du désert de Simpson, avait connu exactement la même température. Toujours en Australie occidentale, les villes de Mardie et Roebourne ont enregistré une température de 50,5 °C. Habituellement, à cette période et dans cette région, le mercure ne dépasse pas 40 °C. Pendant ce temps-là, plus de 10000 milliards de photos seront stockées en 2023 dont 1400 milliards ont été prises en 2020, dans un rythme moyen de 150 photos prises par mois par les utilisateurs de smartphones. Donc, pendant ce temps, nos usages sans limite, le stockage massif des photos et autres vidéos sur des clouds dont l’impact environnemental est considérable et destructeur, continue et n’est pas près de ralentir. 

Sources, références et inspirations 
Le 1Hebdo, n°379
Discours de Macron du 12 mars 2020
Philosophie Magazine, n°156, février 2022
https://www.franceinter.fr/economie/selon-oxfam-la-fortune-des-milliardaires-a-plus-augmente-depuis-le-debut-de-la-pandemie-qu-en-une-decennie 
https://www.opera-national-lorraine.fr/fr/activity/328-ariane-et-barbe-bleue-dukas 
https://reporterre.net/Avec-50-7-oC-l-Australie-bat-un-nouveau-record-de-temperature 
https://reporterre.net/En-France-l-automobile-regne-sans-partage 
L’âge du Cristal réalisé par Michael Anderson, 1976
Podcast https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.10-18012022-16.19/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.