Nowakowskismes 6.9. Il était une fois en 2021

Illustration par Nicolas Hamm

Notre planète ne s’agrandit pas, ça se saurait. Alors que la masse humaine ne représente qu’environ 0,01 % de toute la biomasse, notre place dans ce monde ne ressemble en rien à celle des autres formes de vies sur Terre. Nous sommes certainement la seule espèces qui dispose d’une telle capacité à altérer durablement l’environnement jusqu’à affecter toute vie. Et, malgré toutes les alertes, la population humaine continue de s’accroître et de consommer de plus en plus de ressources et de matières premières.
En 2020, pour la première fois dans l’histoire de ce monde, la quantité de masse artificielle produite, appelée masse anthropique, a dépassé le poids sec (à l’exception de l’eau et des fluides) de toute vie sur Terre, y compris les humains, les animaux, les plantes, les champignons et même les micro-organismes.
La masse anthropique se définit comme la masse incrustée dans des objets solides inanimés fabriqués par des humains qui n’ont pas été démolis ou mis hors service. Au cours du siècle dernier, la masse d’origine humaine a doublé environ tous les 20 ans. La masse de ces matériaux est passée de 3% de la biomasse du monde en 1900 pour atteindre aujourd’hui le même niveau.
Pour construire des routes, des maisons, des bâtiments, du papier d’imprimante, des tasses à café, des ordinateurs, il faut des milliards de tonnes de combustibles fossiles, de métaux et de minéraux, de bois et de produits agricoles. Pour cela, chaque année, nous extrayons près de 90 milliards de tonnes de matières premières. Ainsi, un smartphone peut contenir jusqu’à 80% des éléments stables de la table de Mendeleev.
A partir des observations faites sur les cinq dernières années, la production de masse anthropique atteint 30 gigatonnes – soit l’équivalent de 30 milliards de M3 – par an. En fait, ce volume est équivalent à une production de chaque humain s’il se mettait à fabriquer par semaine un peu plus que son poids corporel individuel en masse anthropique.
Et devinez qu’est-ce qui est en haut de la liste ? 
Le béton utilisé pour le bâtiment et les infrastructures, le béton que certaines villes comme Nancy utilisent sans retenue, bétonnant de plus en plus les espaces de vie. 
Le Béton est devenue la deuxième substance la plus utilisée au monde, après l’eau.
Mais ce n’est pas tout. 
Une autre de notre production s’installe dans le palmarès. Le plastique ! La masse de plastique est supérieure à la masse globale de tous les animaux terrestres et marins.

Que retenir de 2021 ? Encore une année marquée par le Covid-19 et par le tournant autoritaire des politiques sanitaires ! Encore une année sous le signe du dérèglement climatique et de son cortège de mégafeux, d’inondations, de canicules, de bulles de chaleur, de sécheresses. Encore une année dans laquelle la peste brune du fascisme et de la haine de l’autre s’est installée encore plus profondément dans le paysage politique et médiatique, et surtout dans la tête de nombre d’humains. 
Imaginons que je vous raconte l’année 2021. Nous sommes dans un futur plus ou moins lointain, et je vous raconte ce que fut cette année 2021. 

Commençons par le commencement, janvier 2021. Cette pandémie qui mit le monde à l’arrêt, cette pandémie dont personne n’était en mesure de définir avec certitude l’origine, a continué à organiser la vie de l’humanité. Certains commencèrent à mettre en cause les élevages intensifs. Et la question dérangeante suivante fut de plus en plus posée. Et si la pandémie était née dans des élevages intensifs d’animaux à fourrure en Chine ? Le « chaînon manquant » entre la chauve-souris et l’humain pourrait bien être le vison, ou plus généralement les élevages intensifs de visons. La Chine, premier marché et premier producteur de fourrure, dont l’industrie pèse plus de 20 milliards de dollars annuels, avec plus de 50 millions de têtes s’est mis à verrouiller l’information à ce sujet. Un mois plus tard, en février, l’Organisation mondiale de la santé lançait l’alerte. Les élevages de visons en Europe représentaient un « risque élevé » de propagation du Covid-19 et, au-delà des visons, l’émergence des maladies infectieuses étant largement favorisée par l’élevage intensif. On assista alors à de nombreuses mobilisations citoyennes contre l’agriculture industrielle, intensive et destructrice du vivant. En même temps, Emmanuel Macron lançait en fanfare et, comme à son habitude, le « bla bla » de son One Planet Summit. Et Trump quittait enfin la présidence des USA. 
En février, la mobilisation contre Amazon s’était enfin généralisée. Même si certains maires et décideurs n’en pouvaient toujours plus, jouant les fiers à bras sur les médias pour avoir créé des emplois, de voir s’installer ces hangars gigantesques sur leurs territoires, il y eut des milliers manifestations contre la multinationale, ses entrepôts et sa mainmise sur l’économie. La lutte finit par payer puisque plusieurs projets, dont les projets près de Nantes et du pont du Gard, furent abandonnés.
En février, le Conseil d’État interdit l’usage d’huile de palme dans les biocarburants. Ce fut un coup dur pour Total, greenwashée en TotalEnergies, qui portait depuis plusieurs années un projet de « bioraffinerie » dans les Bouches-du-Rhône. Mais en février, c’était aussi un nombre qui nous fit nous rappeler l’état de ce monde et des multiples « blabla » des gouvernements dans ce monde. Ce nombre, c’était 385 millions. C’était le nombre de cas d’empoisonnements graves aux pesticides dans le monde, chaque année. Ce nombre était en hausse constante, conséquence d’une consommation massive, de la vente de produits pourtant catalogués comme dangereux et de l’échec des politiques de réduction, bla bla toujours ! 
En mars 2021, nous fêtions, si nous pouvons quand même employer ce verbe, les dix ans de l’accident nucléaire de Fukushima. Depuis, la contamination radioactive était toujours très forte autour de l’ancienne centrale, la pollution des eaux du Pacifique était terrible, plusieurs villes demeuraient inhabitables et dans la zone, plus de 200 cancers de la thyroïde avaient été suspectés ou confirmés. Et toujours plus fort dans la bêtise et la cupidité, fidèle à sa stratégie, Elon Musk lança le projet Starlink visant à déployer une constellation de satellites afin de vendre des connexions haut débit à internet partout sur le globe. Starlink, c’était juste une pollution considérable de l’espace proche hors de l’atmosphère. En France, 53 % des mesures prises par le gouvernement étaient nuisibles à la planète et, sur les 149 propositions des citoyens de la Convention citoyenne sur le climat, seules 15 furent retranscrites « sans filtre », dans la loi Climat et Résilience. Ces mesurettes ne permettaient de réduire que de 55 % les émissions de gaz à effet serre d’ici 2030. Du « bla bla » qui nous mettait très loin de l’objectif que s’étaient fixés la France et les autres pays européens. 
En avril, les députés avaient définitivement adopté la loi Sécurité globale malgré de nombreuses dispositions « susceptibles de porter atteinte à des droits fondamentaux ». Le texte visait à renforcer les capacités de surveillance de la population par les forces de l’ordre, tout en diminuant la possibilité d’exercer sur elles un contrôle citoyen. Le Conseil constitutionnel avait alors censuré une partie de la loi, notamment l’article 24, qui visait à pénaliser la diffusion d’images des forces de l’ordre en opération. En avril, on avait pu mesurer des effets positifs des confinements successifs. 2 300 morts furent évitées grâce à la baisse de la pollution de l’air. 
En mai, une triste mémoire puisqu’il y a 150 ans, s’achevait le dernier jour de la Commune de Paris. Beaucoup avait oublié que la Commune de Paris fut la matrice d’une écologie révolutionnaire. Mais en Mai, ce fut le feu. En mai, la Sibérie avait connu ses premiers incendies de l’année, attisés par un temps sec, chaud et venteux. Les mégafeux s’étaient poursuivis tout l’été, détruisant des villages, décimant des forêts et provoquant une pollution inédite. Au total, 18,2 millions d’hectares avaient été ravagés dans tout le pays. 2021 avait ainsi été la pire année en termes d’incendies pour les forêts russes. Ailleurs dans le monde, la sécheresse et les canicules avaient été précoces et intenses, notamment dans l’ouest américain. Au Canada, 1 milliard de mollusques avaient même été « cuits » par la vague de chaleur. La cause était encore et toujours les activités humaines. Pendant ce temps-là, en France, Emmanuel Macron fit tout pour enterrer le projet d’un référendum visant à faire entrer la préservation de la biodiversité et du climat dans la Constitution. 
En juin, on avait assisté à un taux d’abstention record aux élections régionales alors que les régions disposaient de nombreux leviers, des transports à la biodiversité, pour mettre en œuvre une transition écologique. Une situation révélatrice d’un monde où l’égoïsme et l’ignorance devenaient les moteurs des habitants des pays riches. 
En juillet, l’eau ! Des pluies torrentielles s’étaient abattues sur l’Allemagne, la Belgique mais également sur les Pays-Bas, le Luxembourg et l’est de la France. Des inondations meurtrières accentuées, une fois encore, par le changement climatique, causèrent la disparition de dizaines de personnes emportées par les crues ou les glissements de terrain. En Allemagne, des centaines de maisons, tous les réseaux et un grand nombre de routes avaient été très endommagés voire détruits. En Belgique, les maraîchers avaient perdu toutes leurs récoltes. En juillet, il était devenu évident que l’Europe n’était pas prête à faire face au dérèglement du climat.
En aout sortait un rapport important du GIEC. Les constats alarmants exposaient clairement les conséquences du réchauffement climatique. Avec un réchauffement de 2 °C,  la fréquence des vagues de chaleur seraient 5,6 fois plus nombreuses sur les dix ans à venir, avec des vagues plus chaudes de 1,9 °C en moyenne, alors que les vagues de chaleur extrême ne se produisaient sur un territoire donné qu’une fois tous les dix ans en moyenne durant l’ère préindustrielle. En aout, la France fut condamnée par le Conseil d’État à payer une amende de 10 millions d’euros, pour n’avoir pas abaissé les niveaux de pollution sous les normes sanitaires. Cette décision était inédite et justifiée par « la gravité des conséquences en termes de santé publique » et « l’urgence qui en découle ». En France, la pollution de l’air était à l’origine de 48000 à 100000 décès prématurés par an. La justice avait d’ailleurs plusieurs fois sanctionné la France pour son inaction écologique. En février, la France avait déjà été condamnée par le tribunal pour « carences fautives » dans la lutte contre le réchauffement climatique.
En septembre, nous avions estimé que, sur les cinquante dernières années, le nombre de catastrophes naturelles que l’on pouvait attribuer aux phénomènes météorologiques et climatiques était de 11000. La fréquence de ces événements, en forte hausse ces dernières années, avait causé la mort de 2 millions d’humains vivant en très grande majorité dans les pays en développement.
En octobre, le nucléaire revenait en force comme, vous voulez rire, une énergie verte ! Le n’importe quoi et la bêtise n’ayant pas de limite, Emmanuel Macron avait annoncé la construction de nouveaux réacteurs. Il s’était alors engagé pour la construction de six nouveaux EPR2, des EPR « simplifiés » comme il disait. Sauf que le nucléaire qui se vante d’être écolo et sûr pour l’avenir, du fait de ses besoins colossaux en eau, était en fait très vulnérable au changement climatique. Et ça se sentait surtout dans ces étés de plus en plus chauds et secs qui se succédaient depuis plusieurs années. Mais le nucléaire c’était des déchets légués aux générations futures pour des centaines voire des milliers d’années. Et comment informer nos descendants de l’an 2500 que nous avions enterré à tel endroit, sous ce champ, pas loin de leur maison, des déchets nucléaires extrêmement dangereux ? Nous n’avons pas la réponse sauf à, tout simplement, ne pas déployer encore plus de centrales nucléaires ! En parallèle, on avait assisté depuis le début de l’année à une augmentation de 170 % du prix du gaz en Europe. Et par effet d’entraînement, les carburants et l’électricité avaient aussi connu une hausse des prix inédite. 
Novembre vit la COP26, un festival du greenwashing comme l’avait tweeté la jeune Greta Thunberg. Lors de ce Sommet pour le climat, à Glasgow, en Écosse, de nombreuses entreprises en avaient profité pour couvrir de vert leurs activités polluantes. Unilever, Renault, Rolls-Royce,… … mais aussi Amazon, et les entreprises du numérique. Un greenwashing nourri de lâcheté et de politique à la petite semaine qui mena à un accord finalement adopté par les États largement insuffisant pour contenir le réchauffement sous les 1,5 °C.
Finalement, en décembre, et ce depuis des mois, la peste brune continua de s’incruster dans le paysage médiatique et politique français, des humains continuèrent à mourir en tentant de franchir les murs et les mers avec l’espoir d’une vie meilleure. Au Chili, le candidat de gauche, Gabriel Boric fut élu président dans un succès porté par un mouvement populaire puissant, né des révoltes contre les inégalités. Un président de gauche et une Assemblée constituante dirigée par une femme autochtone, le Chili pouvait enfin sortir enfin du néolibéralisme prédateur et de l’autoritarisme hérités de la dictature violente et meurtrière de Pinochet. En ce décembre de 2021, on commençait à s’habituer aux hivers doux voire printaniers. Les records de températures relevés un peu partout en cette fin d’année alimentaient des bulletins météo où s’enchaînaient des anomalies climatiques devenues banales. En ce mois de décembre, les médias diffusaient à l’envi des images de plages bondées, histoire de faire saliver un peu à six mois de l’été qui serait caniculaire. 
Où allions-nous comme cela ? Pour l’instant, dans le mur ! 
Parce que, si nous avions pris la peine de regarder un peu plus loin que notre confort occidental, nous aurions vu que, depuis 1947, en France, près de la moitié des 20 périodes les plus douces étaient arrivées dans les vingt dernières années, avec des pics de chaleur qui s’intensifiaient et parallèlement des épisodes de grand froid qui se raréfiaient, tout cela à une ampleur et une vitesse qui justifiaient amplement l’expression d’« urgence climatique ». Mais, nous nous sommes complu dans l’autosatisfaction ignorante et meurtrière, où les 10 % les plus riches avaient une empreinte carbone 2,7 fois plus élevée que celle des plus pauvres, où les 1 % les plus riches émettaient 66 fois plus de gaz à effet de serre que les 10 % les plus pauvres, où plus de neuf doses sur dix (92%) de vaccins avaient été administrées dans des pays à revenu « élevé » ou « intermédiaire de la tranche supérieure » qui ne concentraient que 53% de la population mondiale, où les pays riches représentant 13% de la population s’étaient accaparés plus de la moitié des doses prévues.
Romain Gary écrivit dans les Racines du ciel qu’il « faut lutter contre la dégradation de la dernière authenticité de la Terre et de l’idée que l’homme se fait des lieux où il vit. Est-ce que nous sommes vraiment capables de respecter la nature, la liberté vivante, [l’humanité] sans aucun rendement, sans utilité, sans autre objet que de se laisser entrevoir de temps en temps ? » Parce qu’il « faut [impérativement] que les hommes parviennent à préserver autre chose que ce qui leur sert à faire des semelles, ou des machines à coudre, [ou des poisons], qu’ils laissent de la marge, une réserve, où il serait possible de se réfugier de temps en temps ». Ce serait seulement là que nous pourrions commencer à parler d’une civilisation.
Je venais de poser mon stylo, et je relevais les yeux. Devant moi, la ville où je vivais. En quelques années, le béton avait envahi tout l’espace qui auparavant s’ouvrait jusqu’aux plaines au-delà d’Essey les Nancy. Où que je tournais mon regard, les blocs de béton avaient envahi les derniers espaces qui auraient pu devenir des sanctuaires de vies au coeur de la ville, dans une atmosphère irrespirable de tous ces gaz d’échappement, et dans un vacarme assourdissant du bruit de tous ces moteurs des voitures qui s’étaient multipliées dans les crises sanitaires. Nous n’étions plus que des Robinson modernes échoués sur une île au paysage hallucinant de béton traversés par des flots toujours plus denses de véhicules impossibles à absorber, à stocker ! Nous étions en 2021 et certains commençaient à envisager l’exploitation minière des fonds marins avec les conséquences catastrophiques sur l’océan et le vivant pour satisfaire ce principe destructeur de la croissance et du profit quel qu’en soit le dégats. Nous étions en 2021, et « ceux qui parlaient de faire naître un nouveau monde se berçaient d’illusions : le nouveau était déjà né. La seule question qui se posait était de savoir ce qu’il fallait faire des ruines ». 

Références, sources et inspirations https://www.visualcapitalist.com/visualizing-the-accumulation-of-human-made-mass-on-earth 
https://reporterre.net/Retour-sur-2021-dereglement-climatique-et-derive-autoritaire
https://leterrien.fr/consternant/douceur-record-en-decembre-circulez/ https://reporterre.net/Pour-sauver-le-climat-taxer-les-riches https://www.wedemain.fr/respirer/creuser-les-oceans-des-degats-irreversibles-dans-les-fonds-marins 
Les racines du ciel, Romain Gary 
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.9-05012022-16.09/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.