Nowakowskismes 6.5. Wie stoppen wir das?

illustration par Nicolas Hamm

Voici quelques chiffres révélateurs de l’impact du réchauffement climatique sur nos vies. Ces quelques chiffres sont pris parmi plus de 40 indicateurs donnés par The Lancet. Et comme toujours, ça se passe de commentaires… 

295 milliards, c’est le nombre d’heures de travail potentielles perdues dans le monde en 2020 à cause des vagues de chaleur 
345000 personnes âgées de plus de 65 ans sont mortes suite aux vagues de chaleur dans le monde en 2019. Un indicateur en hausse de 80% par rapport à 2000
569,6 millions de personnes habitent dans des zones susceptibles d’être immergées ou d’être frappées par davantage d’inondations ou de raz-de-marée à cause de l’élévation du niveau de la mer
178 milliards de dollars, c’est le coût global des destructions causées par les 242 événements climatiques extrêmes (feux de forêts, ouragans, inondations) enregistrés dans le monde en 2020 
4 millions, c’est le nombre de personnes dans le monde dont le décès, survenu en 2019, peut être imputé à l’exposition à la pollution de l’air ambiant
19% de la surface globale de la Terre a été soumise à une période d’extrême sécheresse en 2020. Jusqu’en 2010, ce pourcentage ne dépassait que rarement les 5%
2 milliards d’individus souffrent d’insécurité alimentaire dans le monde. Le réchauffement climatique y participe en réduisant le rendement des récoltes de maïs (6%), de soja (5,8%) ou de blé d’hiver (3%)par rapport à la période 1981-2010.
1 milliards de dollars c’est le montant médian des subventions publiques aux industries qui exploitent les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) dans 65 des pays le plus pollueurs de la planète 

Bonsoir à tous et à toutes bienvenue dans ce monde merveilleux, nous sommes en 2021 et nous ne sommes pas au bout de nos surprises et de nos questions sans réponses. 

En effet, que faire face à l’inaction des pouvoirs publics ? Comment réussir la transition vers les énergies renouvelables ? Quelles incitations pratiques développer pour accompagner de telles mesures ? Comment lutter contre la force attractive du consumérisme capitaliste autrement qu’en invoquant des désastres potentiels ? Comment s’assurer que ces combats ne mobilisent pas que les mieux lotis ?
Tenter d’y répondre c’est aller bien au-delà de la simple décarbonation de l’économie, de la société ou d’une meilleure gestion des ressources naturelles. 
Y répondre c’est penser une transformation radicale des infrastructures de notre société contemporaine (les bâtiments, les transports, les réseaux électriques, le numérique,…). 
Y répondre doit avoir des des effets politiques. 
Y répondre doit conduire les vieilles nations industrialisées à régler leur dette climatique, non seulement en finançant la transition énergétique, mais en permettant aux pays en développement de sortir de la pauvreté avec moins d’impact environnemental. 
Parce que six ans après l’accord de Paris, qui fixe l’objectif de limiter le réchauffement climatique à + 1,5°C, les dirigeants du monde doivent toujours s’accorder sur un plan commun pour atteindre l’ambition de 2015 car, pour l’heure, les non actions et le déni actuels placent la planète sur une trajectoire de 2,7°C de réchauffement. Notons quand même qu’avant 2015, ce chiffre était de 3,7°C.  
En fait, chaque dixième de degré gagné ou perdu compte. Voici quelques conséquences sur la planète et l’humanité du réchauffement climatique si la température moyenne augmente de quelques dixièmes de degrés supplémentaires.
La totalité des récifs coralliens risque de disparaître si le réchauffement atteint les 2°C. En fait, chaque dixième de degré supplémentaire affecte 5 % de coraux en plus.
En Suisse, 90 % glaciers pourraient disparaître avec un réchauffement de 2 °C.
À chaque demi-degré supplémentaire, 10 millions d’habitants de plus sont confrontés à la montée des eaux.
420 millions de personnes supplémentaires sont menacées par des canicules extrêmes avec + 2°C.
Avec un réchauffement de +1,5°C, dans les villes, 350 millions d’habitants supplémentaires seront exposés aux pénuries d’eau. Avec + 2°C, ils seront 400 millions. A Phoenix Arizona, dix huit records ont été battus en 2020 dont celui de cent quarante jours au dessus de 38°C, un chiffre qui devrait plus que doubler d’ici 2060 ! En pleine journée, la température de la rue à Phoenix peut atteindre 80°C !
Nous allons vers une disparition de la banquise l’été en Arctique si la hausse des températures dépasse les 1,5 °C. Ceci aura des conséquences dramatiques pour les animaux vivant en Arctique. Les ours polaires, par exemple, sont incapables de se nourrir en l’absence de banquise. 
En 2020, une étude réalisée par deux chercheurs de l’université de l’Arizona sur 538 espèces dans 581 milieux naturels différents, concluait que la moitié des espèces pourrait s’éteindre dans leur milieu si les températures augmentaient de 2,5°C supplémentaires. Dans le cas d’un réchauffement de 2,9 °C, 95 % d’entre elles s’éteindraient. 
80 % de mammifères seront menacés en Australie si le réchauffement explose à + 4,5°C.
En Amazonie, 69 % des plantes sont menacées si le réchauffement atteint + 4,5°C.
Les projections les plus optimistes d’Action contre la faim prévoient que le taux de sous-alimentation en Afrique augmentera de 25 à 90 % d’ici à 2050.
Face à ces constats, les migrations climatiques seront inévitables. La Banque mondiale estime que jusqu’à 216 millions de personnes pourraient migrer d’ici à 2050 dans le monde : jusqu’à 86 millions en Afrique subsaharienne, 49 millions en Asie de l’Est et Pacifique, 40 millions en Asie du Sud, 19 millions en Afrique du Nord, 17 millions en Amérique latine et 5 millions en Europe de l’Est et Asie centrale.
Mais « si les pays commencent maintenant à réduire les gaz à effet de serre, les écarts en matière de développement, à restaurer les écosystèmes vitaux et aider les gens à s’adapter, la migration climatique pourrait être réduite d’environ 80 %, à 44 millions de personnes d’ici à 2050 ». 
Or, comme le montre le rapport annuel «Production Gap Report» du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), les projets des 15 principaux pays exportateurs de pétrole, de gaz et de charbon sont toujours incompatibles avec les objectifs climatiques fixés dans l’accord de Paris de 2015. Ce qu’on appelle l’écart de production, c’est-à-dire la différence entre les volumes de production de combustibles fossiles fixés avec ces objectifs et les volumes de production réels ou prévus, ne se réduit pas. Au contraire, l’écart de production s’élargira d’ici 2040 si des pays comme l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, l’Indonésie, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, les Emirats arabes unis, les États-Unis et la Grande-Bretagne maintiennent leurs niveaux de production. Les gouvernements de ces pays ont fait la preuve qu’ils investissent beaucoup plus dans de nouveaux projets d’extraction de combustibles fossiles que dans des énergies propres (renouvelables) et ce depuis des années. Dans son rapport annuel «World Energy Outlook», l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a confirmé il y a quelques jours, le 13 octobre 2021, que l’exploitation et l’utilisation de nouvelles réserves de pétrole, de gaz et de charbon doivent cesser immédiatement, dès aujourd’hui, si l’on veut atteindre les objectifs climatiques convenus à Paris. 
A l’échelle mondiale, un peu plus de 13000 milliards de dollars ont été mobilisés jusqu’à présent pour compenser les pertes liées à la pandémie. Mais seuls 380 milliards de dollars sont destinés à soutenir la transition vers une énergie propre. De plus, la rémunération moyenne des patrons du CAC-40 est passée de 3,8 millions d’euros en 2020 à 5,3 millions d’euros en 2021. Le salaire d’une star du football bien connue est de 40 millions d’euros par an, soit 110000 euros par jour ou 4500 euros par heure même en dormant ou encore de quoi payer, pendant 1 an, 1500 français au salaire moyen ! En comparaison, le budget annuel global du GIEC est de 6 millions d’euros. Ainsi le salaire de cette footballer correspond aux ressources de presque 7 années d’une institution qui comprend 195 états membres, coordonne le travail de centaines de scientifiques internationaux et assume une fonction essentielle dans la compréhension des causes et conséquences du réchauffement climatique. 
Que dire de plus. Que les priorités ne sont clairement pas là et qu’il existe de très nombreuses raisons non convaincantes pour repousser ou retarder l’abandon des combustibles fossiles. Déjà, un revirement de la politique climatique ne pourrait être obtenu que si les pays industrialisés riches et les «économies émergentes ambitieuses» ne continuaient pas à augmenter comme prévu leurs émissions de pétrole, de gaz et de charbon d’ici à 2030, mais les réduisaient radicalement. 
La réalité est qu’on cherche toujours à être dans un monde tel qu’il était et non tel qu’il devrait être ! 

Continuons notre exploration, et à poser la question comment pourrions-nous arrêter cela ? Dans une petite fausse fiction bien réelle.
Dans leurs bureaux du septième étage de l’Organisation mondiale de la météorologie, les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) avaient curieusement tendance à omettre de mesurer l’empreinte carbone des dix premières entreprises de l’armement dans le monde. Dans les mêmes temps, la fondation Nobel ne se privait pas d’accorder au GIEC le prix Nobel de la Paix en 2007 pour un prix partagé avec Al Gore, celui qui n’a jamais ciblé le Pentagone qui consomme plus d’énergie que l’industrie civile aux Etats-Unis. Vouloir aborder les questions militaires c’était nécessairement avoir à faire à ces « vérités qui dérangent ». Alors comment allait le monde ? Certainement encore plus mal qu’hier ! Dans les bureaux climatisés, loin de la réalité de la vie de la majeure partie de l’humanité, les experts revenus à bord de leurs jets privés d’une COP qu’on avait cessé de compter, réunis en conclave, échangeaient : 

— Mais qu’est-ce qui a amené ce « déclin de la civilisation » ? demanda l’un d’entre eux. Pas seulement l’introduction de ce nouveau type d’armement dont vous avez parlé, […] » ?
— La promotion maximale des ventes d’armes impliquait une augmentation maximale des hostilités interhumaines. Toutes les sources qui sont à l’origine de ce phénomène ont été enregistrées ; parmi les plus fructueuses, je citerai le patriotisme, l’esprit de clocher, la xénophobie, l’ochlophobie, les différences raciales, linguistiques et religieuses, ainsi que le phénomène nommé « fossé des générations ». Il s’avéra possible, et même facile, d’accentuer ces tendances latentes, jusqu’au point où une unité d’armement intégré […] fut considérée si hautement désirable par la partie informée de la population que la perspective de voir un autre individu acquérir cet équipement théoriquement invulnérable devint une raison suffisante pour l’attaquer avant qu’il ne l’achète (…). Dans certaines régions, notamment en Californie et dans l’Etat de New York, l’incidence atteignit 70 %.
— Vous voulez dire que 70 % des riches qui furent assassinés le furent parce que leurs voisins avaient peur de les voir acheter cette arme ?
— Oui.

Ceux qui dirigeaient auraient préféré que cette conversation ne s’ébruite pas. 
Parce qu’il fallait vendre encore et encore. Le prochain contrat s’élevait à 60 milliards d’euros, des sous-marins militaires, pour pouvoir dégainer plus vite, pour pouvoir porter l’estocade avant les autres, quitte à tout cramer. 60 milliards qui faisaient baver un état se revendiquant la patrie des droits de l’homme. Mais peu importait puisque ces machines de mort, c’étaient des emplois, c’étaient de la compétitivité, c’était aussi la promesse de nouveaux marchés de mort. 
Comme si la situation elle-même ne suffisait pas. 
Pandémie, événements climatiques extrêmes, réchauffement galopant… aucun continent n’était à l’abri même si les super riches se faisaient construire des résidences bunkerisées dans des pays qui leur donnaient des chances de survivre plus longtemps, ou même si ces mêmes super riches après avoir contribué à détruire l’environnement envisageaient même de s’échapper vers l’espace, Mars, … 
Mais la réalité de ce monde étaient celle-ci. 
Alors que certains secteurs économiques étaient passés à l’arrêt total du fait des pandémies comme notamment le transport aérien et le tourisme, les industries de défense avaient continué à prospérer. La peur avait grandi, les murs pour se protéger des autres avaient quadrillé de plus en plus les continents, mais il y avait toujours plus des commandes à exécuter en raison de la durée accrue des programmes d’armements.
En effet, ce monde qui se précipitait à grands pas vers l’abime s’enorgueillissait de la bonne santé du marché des armes. En France, ce secteur pesait lourd dans l’économie nationale avec ses 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il représentait environ 4 % de l’emploi industriel français, un chiffre qui s’élevait, selon le Ministère de la défense, à 7% dans certaines régions.
Nous étions au lendemain de l’une de ces grands messes dans laquelle les représentants de la communauté internationale étaient venus pour tenter de limiter la consommation des énergies fossiles qui n’avait pas baissé. Ces réunions n’étaient que des festivals éhontés de déclarations contradictoires, de green washing, de discours convenus, le tout orchestré dans un ballet de jets privés promenant les super riches prompts à sortir leur carnet de chèque afin de d’acheter une bonne conscience planétaire.  
Tel le MIG 21 de Roger Hiorns, d’abord enterré puis ressuscité pour être exposé au MUDAM il y a de cela quelques années. Le monstre militaire était maintenu en vie, par les moteurs du monde, le gavant artificiellement des fluides lui permettant d’effrayer toujours, mais surtout d’enrichir, quel qu’en soit le coût planétaire, certains de ceux qui étaient réunis là.

 

photo exposition MUDAM – novembre 2021- Post capitalisme

Nombreux étaient ceux qui avaient tenté de s’opposer à cela en exposant la réalité de l’impact de cette industrie. Nous savions depuis longtemps qu’un avion de combat comme le Rafale consommait plus de 110 litres de carburant par minute. Nombreux d’entre ceux qui s’opposèrent à ça, disparurent quand ils diffusèrent les informations révélant que le Département de la Défense des États-Unis avait produit en 2017 des émissions de CO2 supérieures à celles d’un pays tel que la Suède soit 10 millions d’habitants. Et ça n’avait cessé d’augmenter, mais les chiffres avaient été soigneusement cachés par des campagnes de désinformation savamment orchestrées. 
Et ce n’était pas qu’une affaire des États Unis d’Amérique, d’autres pays n’étaient pas en reste. Selon un rapport paru en 2020, le secteur militaro-industriel britannique émettait chaque année plus de gaz à effet de serre que soixante pays individuels, comme l’Ouganda et ses 45 millions d’habitants. Le ministère britannique de la Défense était responsable de 70% de toutes les émissions de dioxyde de carbone émises par l’Etat britannique. Tout était cohérent puisque le « monsieur climat » de sa Gracieuse Majesté d’alors était jusqu’à récemment un amiral. 
En fait l’impact carbone des activités d’origine militaire était si considérable qu’il était alors nécessaire pour le complexe militaro-industrie-politique de ne pas en parler. Ce qui est terrible c’est que cette non prise en compte dans les objectifs de réduction a contribué à minimiser considérablement les effets du combat pour limiter la crise climatique. Mais peu importait, le monstre devait vivre quel qu’en soit le coût ! 
Et ce n’est pas tout ! Depuis de trop nombreuses années, d’incroyables efforts diplomatiques avaient été entrepris pour dispenser les forces armées de toute responsabilité dans le dérèglement climatique. De 1967 à 1972, les forces américaines avait eu recours à la guerre météorologique afin d’inonder la piste Ho Chi Minh dans le cadre de ce qui avait été appelé l’opération Popeye. Ces manipulations avec ensemencement de nuages qui furent officiellement interdites. Elles furent à l’origine de l’adoption en 1978, de la Convention ENMOD qui interdisait de modifier l’environnement à des fins militaires. A l’époque, des associations écologistes s’étaient bien mobilisées, dont l’association internationale d’écologie.
En 1997, lors des négociations du Protocole de Kyoto, et avant son entrée en vigueur en 2005, les autorités étasuniennes de l’époque avaient fait un forcing terrible pour que les émissions d’origine militaire soient explicitement exclues des évaluations globales de l’Organisation des Nations unies. L’Accord de Paris de 2015 lors de la COP21 n’évoquait pas une telle exclusion, mais les émissions d’origine militaire furent maintenues cachées afin de pouvoir demeurer hors de tout décompte. Cet Accord courageux et ambitieux, vous en comprenez l’ironie du désespoir, comme toujours laissait aux gouvernements le soin de décider s’il fallait ou non assigner un objectif de réduction à leurs forces armées. 
En raison de cette posture laxiste, des petits accords entre amis, des intérêts financiers, du mépris de la vie et de la lâcheté des dirigeants, nous savions que nos craintes étaient justifiées. Nous savions que les autorités militaires et les entreprises du secteur militaro-industriels seraient dispensées de tout effort de réduction et qu’elles mettraient tout en oeuvre pour tricher dans la comptabilité carbone de leurs activités, en excluant comme l’ont fait pendant des décennies les autorités françaises en masquant l’empreinte carbone des opérations extérieures.
Or la civilisation est fragile, la Terre non. Comment pourrions-nous arrêter cela ?
Paul Valery écrivait que : « …nous savons que [nos civilisations] sont mortelles. Nous avons entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à-pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins […]. Nous savons bien que toute la Terre est faite de cendres ». 
En fait, pour avoir une chance de survie pour l’humanité, il fallait nous confronter à ce qu’on avait appelé le « dilemme du prisonnier » qui dit que nous tous, enfermés ensemble sur cette seule planète, nous sommes soit unis et nous avons une chance d’en sortir, soit nous sommes divisés, uniquement concernés par des intérêts à court terme, en nous défaussant de nos responsabilités sur les autres, et bien, c’est une évidence, nous perdrons. 
Parce que « l’heure qui sonne est sonnée. Le jour qui
passe est passé. Demain seul reste,
et les après-demain
Et ils ne resteront pas longtemps ».  
Pour finir encore quelques chiffres. 3% de croissance par an conduit à doubler notre production et notre consommation tous les 24 ans. À ce rythme, dans un siècle, nous produirions 18 fois plus qu’actuellement. Le bon sens voudrait que nous sortions de cette quête qui a épuisé les bénéfices d’hier en termes de bien-être social. Car qui peut prétendre que nous sommes globalement 3 fois plus heureux qu’il y a 50 ans ? 
Peut-être serait-il temps de relire Henry David Thoreau qui écrivait que « l’homme est riche des choses dont il peut se passer »!

Références et sources
https://www.france24.com/fr/planète/20211031-cop26-l-impact-du-réchauffement-climatique-en-10-chiffres 
https://reporterre.net/Le-secteur-militaire-toujours-dispense-d-efforts-pour-le-climat 
https://www.ouest-france.fr/environnement/rechauffement-climatique/rechauffement-climatique-dix-exemples-qui-montrent-que-chaque-degre-compte-des-alpes-a-l-amazonie-576d0150-3bed-11ec-8a6d-f0133bb020c0 
John Brunner, L’Orbite déchiquetée, Denoël, Paris, 1971 
https://www.mudam.com/fr/expositions/post-capital 
Paul Eluard. Les mystères des Saints Innocents, 1912
Podcast : https://hearthis.at/radio-campus-lorraine-mu/nowakowskismes-6.5-08112021-11.16/ 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.