La poétique du chaos

Ces textes sont nés de ces temps inédits. Ils sont questionnement par l’imaginaire, certainement excessifs mais dérangeants dans ce qu’ils mettent en lumière des nos attitudes, de ce que nous vivons, de nos désertions, nos lâchetés ou nos résistances. 
Écrit dans le cadre des Nowakowskismes, le cycle de la Poétique du chaos a rythmé les émissions réalisées dans le cadre du confinement. Le cycle de la Poétique du chaos existe parce que les tueurs de merveilleux courent toujours, les tueurs de vie sont infatigables parce que nous n’avons fait que fuir, parce qu’aussi, nous ne cessons pas de nous battre et de nous cogner aux angles du monde !
La poétique du chaos est ce qui nous rappelle que nous ne pourrons plus sortir cette excuse magnifique : «Je ne pouvais pas faire autrement ! » 
Le temps n’est-il pas venu d’abandonner la position confortable qui consiste à dire qu’on n’a pas le choix, d’obéir parce qu’obéir permet de déposer auprès d’un autre le poids de cette liberté trop lourde à porter ? Cette dé-responsabilisation est un phénomène puissant dans nos sociétés technologiques et complexes dans lesquelles les chaînes de commandement sont diluées. On accepte mais on se dit pour se rassurer : « Au fond, ce n’est pas moi », « On m’a demandé de le faire », « De toute manière, un autre l’aurait fait à ma place ! ». 
Or être un sujet politique, c’est précisément faire l’expérience qu’on ne peut pas se dérober à l’appel pour agir, dénoncer, refuser. Ces moments où on se met à désobéir ensemble sont un moyen de revivifier la démocratie, de redécouvrir l’amitié politique, de signifier un refus collectif d’être gouverné comme ceci ou comme cela. La démocratie critique repose sur une exigence éthique au cœur du citoyen : j’obéis parce que je me commande à moi-même d’obéir et que j’ai la latitude de cesser de le faire quand je ne suis plus d’accord.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.