Nowakowskismes n°8 – Being Human Being

Une fois n’est pas coutume, un thème en anglais pour les Nowakowskismes – Being Human Being, pour les curieux voir d’un côté d’un certain Erik Truffaz dans une performance musicale avec Murcof et Bilal.
Dans ces Nowakowskismes, j’interrogerai l’humain, en quoi malgré toute la technologie, l’humain, la pensée humaine, est indépassable et essentielle. Pour cela, je me reporterai à un TEDx donné par Etienne Klein, physicien, directeur de recherches au CEA, philosophe, écrivain et animateur d’une émission sur France Culture que je vous recommande,  « La conversation scientifique ». Puis je montrerai en quoi la poésie urbaine peut être un moteur de la réappropriation de la ville par les citoyens. Enfin, nous irons nous immerger dans le cyberespace avec William Gibson et encore une fois, nous questionnerons la place de l’humain dans ces dystopies.
Je commencerai donc par cette affirmation inattendue d’Etienne Klein

« Ce n’est pas parce qu’il y a des grenouilles après la pluie, qu’on a le droit de dire qu’il pleut des grenouilles. »
mais pourquoi cela ?

Parce qu’aujourd’hui, le big data est érigé comme moyen d’accéder au savoir ultime ! En effet, de learning analytics en prédiction, de profilage en intelligence artificielle, pour profiler, pour induire à partir de régularités de comportements, pour modéliser des comportements de consommateurs, identifier des régularités, nous inférons des lois que nous considérons comme générales voire universelles alors même qu’elle ne sont que le condensé de ce qui a été déjà été donné ! Alors que La pensée humaine, elle seule, est seule capable de prédire l’existence de nouvelles dimensions de la réalité !
Prenons quelques exemples ! Ce n’est pas grâce au big data mais grâce aux équations de la physique des particules que nous avons été capables de prédire l’existence du boson de Higgs et permettre sa détection en 2012 !
Ce n’est pas grâce au big data mais grâce aux équations de la gravitation que nous avons été capables de prédire les ondes gravitationnelles qui ont été détectées en 2016, un siècle après leur prédiction par la relativité générale formulée en 1916 par Einstein.
Ainsi, LA PENSÉE ELLE seule permet de dépasser les limites du monde observable, du monde empirique, du monde tel qu’il nous est donné. La pensée ne peut être dissociée de notre nature d’être situé. L’exemple le plus démonstratif est celui d’Einstein qui procédait par « expérience de pensée », c’est-à-dire par des expériences capables de tenir le monde empirique à distance et de prolonger, dans une sorte d’ailleurs, les implications d’une théorie : que se passerait-il dans telle ou telle situation que je suis capable d’imaginer, si cette loi physique était vraiment exacte ? Que diraient les équations si elles pouvaient parler ?
Le Big Data est évidemment une opportunité fantastique mais risque de nous conduire à ne regarder que des corrélations entre les données qui sont disponibles or une corrélation ce n’est pas la même chose qu’une relation de cause à effet – on peut résumer cela ainsi : « ce n’est pas parce qu’il y a des grenouilles après la pluie, qu’on a le droit de dire qu’il pleut des grenouilles. »
Vous êtes sceptique ? Prenons notre machine à remonter le temps – En 1915, Einstein publie plusieurs articles dans lesquels il développe une nouvelle théorie complètement révolutionnaire de la gravitation universelle. Un siècle plus tard, les équations associés à cette théorie sont toujours utilisées pour faire de la cosmologie scientifique. Les innombrables données recueillies depuis un siècle, par les satellites, les télescopes n’ont jamais remis en cause ces équations.
Mais à cette époque, que savions-nous de l’univers ? En fait rien ! On ne savait pas qu’il existait d’autres galaxie que la nôtre, on ne savait pas pourquoi les étoiles brillent, on ne savait évidemment pas que l’univers est en expansion et, on ne connaissait guère que les étoiles, les planètes et les comètes ! Ça n’a pas empêché Einstein d’élaborer cette théorie qui continue d’être valide malgré toutes les données accumulées !
Nous pouvons nous amuser à raconter une autre histoire – imaginons que nous ayons toutes les données recueillies depuis un siècle par les satellites et les observations, la question est : est-ce qu’à partir de ces données nous pourrions retrouver les équations d’Einstein ? La réponse est non parce qu’ « aucune méthode inductive ne peut conduire aux concepts fondamentaux de la physique »
Mais alors comment y est-il arrivé ? Par ce qu’on appelle des expériences de pensée, la pensée en action,  qui consistent à se transposer dans des ailleurs pour voir comment une théorie qu’on suppose vraie impacterait certains phénomènes dans une situation donnée.
Einstein mettra en scène son propre corps. Il se pose la question « qu’est-ce que je percevrai si j’étais un cheval sur un rayon lumineux donc cette onde est donc immobile par rapport à loi, on voit une onde stationnaire, or il savait déjà qu’il n’existe pas de solution stationnaire des équations de maxwell qui décrivent la lumière donc de deux choses l’une où cette expérience de pensée n’a aucun sens, qu’elle ne correspond à aucune réalité possible, ou bien il y a un problème avec les équations de Maxwell – la résolution de ce problème mènera à la relativité restreinte dans lequel il dit que la vitesse de la lumière est la même dans tous les référentiels, donc indépendante de la vitesse de la source qui l’émet, de la vitesse de l’observateur qui la mesure. La vitesse de la lumière est aussi une vitesse limite d’ailleurs l’anagramme de « la vitesse de la lumière » est « limite ses rêves au-delà »
Une autre expérience de pensée mettant en scène son propre corps – une expérience de pensée qu’il déclarera être l’idée la plus heureuse de sa vie ! Il dit : « j’ai compris qu’une personne en chute libre ne sent pas son propre poids ! Donc si vous tombez c’est à cause de votre poids qui est la cause de votre chute ! Ce poids provoque votre chute et pendant que vous tombez tous les objets qui tombent avec vous à la même vitesse (c’est ce qu’a montré Galilée) ! Vous semblez alors être en apesanteur alors même que c’est la pesanteur qui vous fait tomber !
Il énonce simplement le principe d’équivalence entre l’accélération et la gravité en imaginant ceci. Toujours la pensée à l’oeuvre – si je suis dans une cabine complètement fermée sans pouvoir voir l’extérieur, je ne peux savoir si la cabine est posée à la surface de la terre, dans le champ de gravité terrestre ou si elle est accélérée avec une accélération équivalente à la gravitation.
En se mettant dans cette seconde situation, si on perce un trou dans la paroi de l’ascenseur et qu’un rayon de lumière passe, il éclairera un point sur l’autre paroi un peu plus bas que le point d’entrée ! On matérialise ainsi le fait que la lumière a une trajectoire courbe !
Par le principe d’équivalence, nous aurons la même chose si la cabine était posée à la surface de la terre, dans le champ de gravitation terrestre – donc la lumière subit la gravitation ! donc qu’il faudra pour formaliser cela changer la géométrie de l’espace-temps ! donc utiliser un espace-temps courbe pour tenir compte de cet effet ! et tout cela sans données, sans algorithme, simplement par un humain-corps-pensée mis en action ! Cette expérience de pensée mènera Einstein, 3 ans plus tard, à formuler les équations de la relativité générale !
La morale de cette belle histoire est qu’une théorie permet de faire émerger des nouvelles données mais la réciproque n’est pas vraie des données ne permettent pas toujours de faire émerger une théorie qui permet de comprendre. Alors à tous les gourous de la données, à tous ceux qui pensent lire notre avenir dans le marc des algorithmes, rappelez-vous que sans la pensée en action, rien de ce que vous érigez comme nouveaux dieux n’existerait ! Que l’intelligence mécanique, programmée, calculée n’est en rien comparable à l’intelligence humaine. Collecter et traiter des masses de données, faire agir des intelligences ne peut en rien remplacer cette capacité de la pensée humaine à dépasser les cadres, à regarder au delà de la colline lui bouchant l’horizon. Pour conclure cette partie, avant d’écouter un peu de musique, pensez à tous ces travailleurs du click dont le travail consiste à éduquer les Intelligences Artificielles surpuissances mais incapables d’interpréter le monde.

Recueil de poésie urbaine

Tout d’abord rêvons un peu ! Faisons un pas de côté vers les certains qui cherchent à se réapproprier la cité qui évolue petit-à-petit vers la smart city. Rêvons d’Un « bonnet infrarouge » bricolé à l’aide de LED et de deux projecteurs pour éblouir les caméras de surveillance, de « poubelles sportives » transformées en paniers de basket pour transformer en sport ludique le geste de jeter, ou encore des QR codes poétiques et des boutons « Skip Ad » (« Passez cette publicité ») à coller sur les panneaux publicitaires…
Ces idées sont extraites du livre Hacker Citizen de Goeffrey Dorne qui propose cinquante idées aussi sérieuses qu’excentriques pour se réapproprier l’espace urbain. Hacker citizen se présente comme un « guide de survie en milieu urbain ».
L’auteur, Geoffrey Dorne, a collaboré avec la Croix-Rouge, la Fondation Mozilla, EDF, Samsung … Il enseigne à la Webschool Factory et aux Gobelins et a créé son entreprise, Design & Human. Il se définit comme un « hacktiviste – H,A,C,K » hyperactif. Et il défend une « low city » plutôt qu’une « smart city »
Le livre Hacker Citizen est sorti à la fin de 2016. C’est un travail mené sur une dizaine d’années.
Pour le designer, « hacker » la ville est une forme de ré-appropriation de l’espace urbain quand celui-ci devient de plus en plus connecté, de plus en plus programmé, de plus en plus intrusif.
Aux smart cities, il préfère une forme de « low city », où le citoyen prend le temps de s’arrêter vers une ré-appropriation de l’espace urbain dans le temps long et le temps lent, une décélération. Le fait de s’arrêter, déjà, c’est se ré-approprier l’espace, c’est regarder.
Et du coup, si plusieurs personnes s’arrêtent, on peut espérer qu’elles seront plus ensemble comme l’exprime très bien le sociologue français Michel Maffesoli pour qui « Le lieu fait le lien. »
Goeffrey Dorne alerte et laisse entendre que le citoyen s’est en quelque sorte endormi, qu’il n’est plus attentif à ce qui l’entoure, qu’il se laisse bercer. Ou encore, qu’il s’est habitué à regarder des affiches publicitaires, à ne plus voir les caméras de vidéosurveillance.
Et surtout que certains cherchent à nous habituer à vivre dans ces environnements en ajoutant des chants d’oiseau dans les parkings ou les supermarchés, pour qu’on se sente bien, évidemment !
Hacker Citizen va même jusqu’à flirter avec la limite de la dangerosité ou de la légalité mais on s’en fiche : une « palette sur rails » pour circuler sur des rails de tramway « en fixant quatre roues sur une palette de transport aux normes européennes ». Au delà de l’idée, c’est une expérience de pensée, un acte poésie contre la technologie ! Rien que lire la table des matières de ce livre devient une invitation à l’expérience, à l’imaginaire en actions, une invitation à voir dans notre réel les possibilités de mircro-subversions !
Expérience de pensées issues de l’imagination de l’auteur, de projets de plasticiens ou d’artistes, nous sommes dans le rêve et la poésie en actes, et les « bombes de graines », facilement réalisables avec des graines, du terreau et de l’argile, sont à jeter dans la rue pour re-végétaliser la ville.
Vers la « guérilla jardinière » (« guerilla gardening » en anglais) comme mouvement de ré-appropriation des espaces délaissés au profit du végétal. Toutes ces propositions auxquelles il faudra rajouter toutes celles qu’il nous reste à inventer !
Et surtout, et dans la continuité de tout ce qui se dit dans Les Nowakowskismes, être citoyen, ce n’est surtout pas seulement mettre un bulletin dans une urne, c’est être de l’humanité, des relations établies dans l’espace et le temps, de ce corps qui nous situe, et de notre capacité à penser l’autre et l’au-delà des apparences, en pleine conscience de notre responsabilité envers l’autre ! De cette poétique du détournement, c’est l’idée de changer le quotidien, de changer les usages et les habitudes, afin de redonner du sens à l’être dans le monde !

William Gibson, neuromancier

«  Le cyberspace. Une hallucination consensuelle vécue quotidiennement en toute légalité par des dizaines de millions d’opérateurs, dans tous les pays, par des gosses auxquels on enseigne les concepts mathématiques… Une représentation graphique de données extraites des mémoires de tous les ordinateurs du système humain. Une complexité impensable. Des traits de lumière disposés dans le non-espace de l’esprit, des amas et des constellations de données. Comme les lumières des villes, dans le lointain,… »

Ces lignes sont parmi les toutes premières lignes d’un roman écrit en 1984, par William Gibson, et ce roman s’intitule Neuromancien. Nous sommes en 1984, et quelqu’un se met à nommer et décrire une dimension supplémentaire du monde physique, le cyberspace ! Expérience de pensées, et aussi poésie des cyber-décombres !
Quand William Gibson publie ­Neuromancien, en 1984, il installe durablement les codes du mouvement cyberpunk qui donneront plus tard naissance à des œuvres comme Matrix ou Ghost in the Shell. Un univers sombre, dominé par les multinationales, où les humains, drogués, le corps bardé d’appendices technologiques, s’évadent en se connectant à « la matrice » ; où le cyberespace est manipulé par des hackeurs et des IA à l’influence grandissante ; dans lequel Case, hackeur débrouillard, est mis sur la piste du « coup du siècle » avant de découvrir qu’il est manipulé à de multiples niveaux…
Les univers gibsoniens ne relèvent pourtant pas de l’utopie techniciste… Ce serait trop facile ! De cet espace cybernétique émerge bien une poésie particulière, mais il s’agit avant tout d’une poésie qu’on pourrait qualifier de poésie des décombres électroniques. Un mariage inattendu de la défiance et de l’adoration envers la technique qui produit des phrases stupéfiantes comme celle qui ouvre Neuromancien : « Le ciel au-dessus du port était couleur télé calée sur un émetteur hors service. » Cette poésie, cette fascination pour les mondes hypertechniques, aussi bien que l’emploi des codes du roman noir, font que les romans gibsoniens vont explorer les marges, les marges des genres traditionnels, jusqu’aux marges des dystopies traditionnelles.
Aux romans des décombres électroniques viennent s’ajoutent d’autres romans, mes préférés, même si certains critiques les ont trouvés creux et superficiels. Ce sont ceux qui tournent autour d’un certain Hubertus Bigend. Trois romans – toujours trois romans d’ailleurs ! Identification des schémas, Code Source et Histoire Zéro.
William Gibson y montre un présent comme si le futur qui y transparaissait. Mais aussi, des romans qui dénotent toujours d’une même logique, les entités qui recrutent les différents protagonistes sont toujours mystérieuses et potentiellement peu fiables – un parallèle pouvant être fait entre les comportements d’Hubertus et des IA. À cela, s’ajoute une réflexion sur le rapport entre technologies post-industrielles et capitalisme, et surtout dans la façon dont ces technologies interagissent avec l’individu !
De la question de la mondialisation à l’aune du local, de l’individu ! Du futur et d’un passé toujours présent – par exemple, à la fin du roman Histoire Zéro, Hubertus Bigend s’envole dans son ekranoplane – mais qui se souvient ce qu’est un ekranoplane ? qu’est-ce qu’un ékranoplane ? (dernière parenthèse de la soirée, c’est promis) c’est un avion à effet de sol réalisé par les ingénieurs de l’armée soviétique à partir du milieu des années 60 et conçu pour voler à faible hauteur au-dessus de l’eau ou de n’importe quelle surface plane. Pour des raison budgétaires, et de la fin de l’URSS, le dernier exemplaire non terminé, baptisé « Le sauveur », rouille dans un hangar quelque part.
Pour Gibson, l’expérience du temps est unique, ce n’est qu’une dimension du réel, comme la matrice !
On peut ne pas l’aimer, et que nous le voulions ou pas, nous avons là un un écrivain (un neuromancier ?) qui aura marqué et qui continue à marquer l’histoire de la science fiction de son empreinte. Un romancier qui pense le cyberespace, avant même qu’il n’existe, qui expérimente une pensée des décombres électroniques dans la pleine jeunesse de cyber espace !

Nowakowskismes n°7 – bienvenue en Numérie

Pour commencer cette émission, j’aimerais vous parler d’une exposition. Mais avant, juste une petite mise au point.
Depuis plus de trente ans, le numérique s’est progressivement installé dans toutes les dimensions de nos vies modifiant notre rapport au temps et à l’espace habité et vécu. Ces dernières années, nous assistons à une accélération fulgurante qui impacte en profondeur nos usages quotidiens mais, surtout, le numérique s’impose comme une nouvelle culture planétaire. Pas seulement un outil formidable ! Par les questions qu’il pose, il change radicalement notre rapport aux autres, notre conception même du savoir, du travail et de la production des richesses, notre rapport à la santé, notre mémoire, notre « traçabilité », nos libertés. Alors …

Maîtriser le numérique pour ne pas le subir ! Voilà l’enjeu de ce temps !

homo-numericus

http://homonumericus.inria.fr

Tout d’abord, une exposition et même une  exposition itinérante (nomade), une exposition intitulée « De l’homo numericus au citoyen numérique », réalisée par le centre Inria Nancy – Grand Est et la MJC centre social Nomade. Son but, aider le visiteur à se familiariser avec les concepts sur lesquels repose l’informatique, le sensibiliser aux enjeux du numérique, afin de l’accompagner dans son parcours de citoyen éclairé en Numérie.
L’exposition a pris ses premiers quartiers à la MJC centre social Nomade à Vandoeuvre-Lès-Nancy, du 25 janvier (jour de l’inauguration) jusqu’au 31 janvier 2017 – après cette date, elle sera visible au centre INRIA  jusqu’au 30 mars avant de partir sur les routes.
Pourquoi tout cela ? Parce qu’au numérique, on associe une science qui est l’informatique. Pour comprendre et ne pas le subir le monde numérique dans lequel nous baignons, pour être autant que faire se peut maître de son destin numérique, pour être un citoyen éclairé à l’ère du numérique, il faut pouvoir s’approprier les fondements de l’informatique, et pas uniquement ses usages.
Accompagner le citoyen dans sa compréhension du numérique et de ses enjeux, c’est travailler sur 5 dimensions, et là je vais citer le discours d’inauguration de l’exposition de Sylvain Petitjean, directeur de du centre INRIA Nancy – Grand Est :

  1.  L’informatique est une science qui repose sur les mathématiques, sur la logique, et sur des concepts de quatre nature différente : des informations, des algorithmes, des langages et des machines. Même si les technologies du numérique évoluent très vite, ces fondements ont une durée de vie beaucoup plus grande. Les maîtriser aujourd’hui, c’est s’assurer d’appréhender non seulement le monde numérique actuel mais aussi celui de demain.
  2. L’informatique a démarré bien avant l’avènement de l’ordinateur. C’est une discipline qui a des racines, un passé, une histoire, et pour que tout individu soit en mesure de s’approprier cette science informatique qui bouleverse notre monde et de l’intégrer, il faut que nous soyons capables de raconter cette histoire, et que nous la racontions comme une histoire.
  3. Les préjugés ont la vie dure. On entend encore trop souvent que « l’informatique c’est pour les geeks », « l’informatique c’est pas pour les filles », « l’informatique c’est taper du code sur un ordinateur toute la journée ». Il faut s’attacher à gommer ces idées préconçues et à donner de l’informatique une image valorisante.
  4. L’informatique ne tient en rien de la magie. L’ordinateur n’est pas un appareil à la puissance incontrôlée, dont on attendrait des miracles, qui serait doté d’une personnalité et de traits anthropomorphiques et dominerait ou chercherait à dominer l’être humain. S’initier à l’informatique, c’est faire refluer la magie et balayer les croyances. Comprendre la différence entre intelligence mécanique et intelligence humaine est une clé.
  5. L’informatique est une science qui, tout en ayant ses problématiques propres, joue un rôle transverse à la quasi-totalité des autres disciplines universitaires et donc d’une certaine façon un rôle central.

La construction d’une culture numérique est paradoxalement difficile parce que les usages sont devenus partie intégrante de nos vies professionnelles et personnelles, et par là, par cette familiarité, nous en ignorons les fondements.
Alors, À l’heure où l’on s’accorde sur l’importance pour chaque citoyen d’avoir un esprit critique pour échapper à toute forme d’obscurantisme, une exposition comme celle-ci vise à apporter les clés de compréhension des enjeux liés au numérique, afin que chacun, petit ou grand, reparte un peu plus éclairé sur ces questions, en évitant de basculer dans une vision trop angélique ou trop diabolisante des apports du numérique.

« Maîtriser le numérique pour ne pas le subir » c’est ce que nous venons de dire, et bien petite devinette – qu’est-ce que Palantir ?

Palantir, ce sont, souvenez-vous, les pierres de vision dans le seigneur des anneaux – d’ailleurs pour ceux et celles qui se demandent comment elles ont vu le jour, je vous recommande la lecture du Silmarilion – vous y lirez l’histoire complète de leur créateur, l’elfe Feanor. Les pierres de vision, au nombre de 7 ou 8, étaient réservées à l’usage des souverains ou de lieutenants sûrs, elles assuraient la communication au sein et entre les royaumes des temps anciens.
Mais pour nous ce soir, Palantir, c’est la start-up co-fondée par deux érudits : Peter Thiel, un spécialiste de la théorie mimétique de René Girard et Alex Karp qui a été l’élève de Jürgen Habermas à Francfort. Ils se sont rencontrés sur les bancs de l’université de Stanford et partagent la même vision libertarienne et messianique du monde. Et encore plus fort, Peter Thiel est le cerveau numérique de Trump.
Valorisée à 20 milliards de dollars, financée par le fonds d’investissement de la CIA, In-Q-Tel, Palantir brasse des données pour AXA ou JPMorgan, mais aussi pour la quasi-totalité des services de renseignement américains.
Palantir veut changer le monde.
A quelque détails près qui ont leur importance, Palantir ne conçoit pas de produits cool et brillants destinés au plus grand nombre.
Palantir ne vous inonde pas de notifications push.
Palantir ne se répand pas dans la presse.
Palantir rechigne à être introduit en bourse.
En fait, Palantir veut voir sans être vu.
Palantir est un leader de l’analyse des données, qu’elle croise, compare et « crunche » à l’aide de ses logiciels phares, Gotham et Metropolis. Palantir est le roi du big data.
Palantir traite des gigaoctets de données afin d’anticiper les menaces. Et, pourquoi pas, prédire l’avenir.
Elle s’ouvre au secteur privé en lui faisant miroiter : identification des menaces internes, optimisation des résultats, le coup d’avance sur la concurrence, prédiction !
En mars 2015, quelques semaines après l’attentat contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, Palantir a ouvert une filiale en France. En toute discrétion, après des mois de démarchages et de tractations, la firme américaine a trouvé un accord avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)
Palantir a vendu une belle promesse aux services de renseignement français : interconnecter les données collectées par les deux services dits du premier cercle (la DGSE et la DGSI), faciliter leur exploitation et gérer le Service Après Vente. Afin de former les agents, des Palantirians, c’est comme cela qu’on les appelle, sont en train d’être recrutés et déployés à Levallois.
Capable de traquer des marchands de sommeil en analysant la consommation excessive d’eau dans un immeuble, pour Palantir, l’heure est à l’infiniment petit, et donc aux « signaux faibles » : une vidéo YouTube de l’Etat islamique, une amitié encombrante sur Facebook, un crédit à la consommation suspect, tout est visible et traité !
Palantir c’est donc le chaînon manquant entre les « boîtes noires –  outils de détection algorithmique jetés comme des filets dérivants sur les réseaux des opérateurs télécom français » de la loi sur le renseignement et la surveillance.
Une mine de métadonnées à qui Palantir cherchera à donner du sens ! Et on a beau nous rabâcher que c’est finalement l’homme qui décidera, nous nous trouvons face à deux visions : statistique, où on appelle ça le risque de faux positif. Dans le monde réel, où c’est l’arbitraire et l’abus de pouvoir. Pour finir avec Olivier Tesquet, journaliste à Télérama, sous un état d’urgence prolongé, alors qu’on punit désormais de prison ferme la simple consultation de « sites terroristes », la question se pose plus que jamais.
Alors, citoyens ! Que penses-tu d’une décision du gouvernement français de confier à une boite US dont le co-fondateur est le cerveau numérique de Trump et boite US dont nous savons que l’économie est fondée la collecte et l’exploitation des données numériques collectées !

“Pourquoi les gens du futur n’ont-ils jamais remonté le temps jusqu’à nous ?”

Partons du principe qu’il sera un jour possible de voyager dans le temps, pourquoi n’avons-nous jamais vu de gens du futur débarquer chez nous ? Cette question me passionne, sinon je ne vous en aurai pas parler !

Il y a plusieurs options – Ma version : il n’y a pas de voyageurs du futur parce que nous nous sommes autodétruits avant de maîtriser le voyage dans le temps. Pas très rassurante, je vous l’accorde !
D’autres explications viennent d’un certain Yshan Wong qui travaille actuellement pour le site Reddit (après avoir travaillé pour PayPal, Facebook et étudié à l’Université Carnegie Mellon…). Il a fait un peu d’actualité sur le sujet et explique que : « ramenée à l’histoire de la Terre, la présence des hommes n’occupe qu’une toute petite part, que notre période ridiculement restreinte posera un problème technique évident pour le voyage dans le temps  – Donc, “Quand l’homme du futur voyageant dans le temps devra régler le bouton de la machine qui lancera son aventure temporelle, notre période tout entière sera sans doute trop petite pour qu’un cran lui soit consacré”.
Mais ce n’est pas la seule raison, il y en a de plus terre-à-terre.
C’est que notre période ne présente pas les critères désirables pour un voyageur-touriste du temps. Par exemple en termes de paysages. Si vous venez du futur pour voir des paysages à couper le souffle, il ne vaut mieux pas venir aujourd’hui. La nature était beaucoup plus spectaculaire au temps des dinosaures. C’est pareil pour le voyageur-touriste du futur qui voudrait aller à la plage… quel intérêt de venir aujourd’hui sur des littoraux ravagés par des construction, pollués alors qu’il y a eu des périodes dans l’Histoire de la Terre où les plages étaient top, désertes, et propres … dans une nature préservée de l’homme !
Enfin, peut-être le meilleur argument, tout simplement pas de voyageurs du futur parce que nous ne sommes pas aussi intéressants que cela, que nous ne sommes pas aussi importants que cela ! Et oui, finalement, nous ne sommes qu’un clin d’oeil dans l’histoire !
ilestparminousEt cette question m’amène à un roman, un roman d’un auteur de SF culte – Norman Spinrad, et le roman c’est « Il est parmi nous ».
Centré sur un personnage énigmatique, Ralf, un comédien de stand-up prétendant venir du futur, plus précisément d’un monde agonisant, où les derniers représentants de l’espèce humaine vivent terrés dans d’anciens centres commerciaux pour échapper aux conditions climatiques cataclysmiques qui sévissent sur tout le globe. Un futur qui tripatouille aussi le passé pour changer leur présent mais tripatouillages qui ne font que tout aggraver ! S’agit-il d’un simple rôle, est-il vraiment un voyageur temporel chargé de prévenir notre monde du désastre en préparation, ou juste un de ces cinglés dont les médias raffolent tant ?

Il est parmi nous est moins un roman de science-fiction qu’un roman sur la science-fiction. Spinrad y analyse en détail son impact sur la culture américaine, la manière dont certains de ses thèmes ou des images qu’elle suscite peuvent durablement marquer l’imaginaire collectif et en quoi finalement, une part de la culture numérique actuelle trouvent ses racines dans cet imaginaire – vous êtes-vous déjà posé la question pourquoi le premier téléphone portable, le Star tac de Motorola s’ouvrait en deux ? Tout simplement à cause du communicateur de Star Trek … et les exemples de cet ordre sont nombreux ! (Souvenez-vous de Gotham et Metropolis les logiciels de Palantir, des lois de la robotique, ….)
Et plus particulièrement, Norman Spinrad dédie son roman à deux figures marquantes, chacune à leur façon, de la culture contemporaine : Timothy Leary, écrivain américain, psychologue, neuropsychologue et militant pour l’utilisation scientifique des psychédéliques – figure clé de la contreculture américaine, et Gene Roddenberry, scénariste et un producteur de télévision américain, créateur de l’univers de Star Trek, en 1966.

Mais Norman Spinrad n’a pas écrit que cela ) C’est un auteur culte  et je vous invite à vous jeter sur ses romans !

img_3636En premier Jack Barron et l’éternité – Jack Barron est un ancien militant, activiste politique qui est devenu une star de télévision grâce à l’émission de débat qu’il présente « Bug Jack Barron » (titre original du roman), dans lequel il prétend aider les gens dans le besoin, contre les « grands » de ce monde. Ce faisant, il a abandonné tous ses idéaux de jeunesse. Il a pris goût à l’argent, au pouvoir. Et il n’hésite pas à faire ce qu’il faut pour faire de l’audience, tout en ménageant ses « victimes », car elles aussi ont du pouvoir. Il ne s’agirait pas de perdre son poste parce qu’on les a un peu trop asticotées…
Mais le cœur de l’œuvre, c’est bien sûr son sujet. Norman Spinrad est un auteur militant. On est ici en plein dans la confrontation entre média et politique, on y parle de pouvoir (aussi bien politique que médiatique), corruption, manipulation des masses… Et Jack Barron se retrouve bien sûr au milieu de tout cela. Tiraillé entre ses anciens idéaux, son envie de faire la justice, et son désir de conserver sa place bien au chaud, Jack Barron est un personnage fascinant : nous sommes dans sa tête, dans laquelle se bouscule des sentiments contradictoires, nous sommes tous des Jack Barron en puissance, nous avons tous été confrontés à des dilemmes remettant en cause notre façon de concevoir l’existence et bousculant notre petite vie bien installée… Jack Barron ça secoue et ça retourne !
Et Norman Spinrad, c’est cela, contre les sectes, des dystopies pour dénoncer le fascisme, je mettrai quelques références sur la page FB des Nowakowskismes que je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à aimer !