Être de l’atelier des possibles – Grand Nancy

« Nous sommes une armée de rêveurs, nous sommes invincibles », nous sommes des partisans, nous sommes des volutionnaires en perpétuelle volution, nous sommes l’atelier des possibles. Atelier des possibles ? Vous allez me demander, et à juste titre, « mais qu’est-ce l’atelier des possibles ? » L’atelier des possibles, c’est l’inattendu. L’atelier des possibles, c’est être contacté par un inconnu, c’est avoir des rendez-vous secrets, c’est être invité à des réunions dans des lieux improbables. L’atelier des possibles, ce sont des hommes et des femmes, inconnus pour la plupart mais qui, subitement, deviennent des amis. L’atelier des possibles, c’est la pensée en mouvement, c’est un organisme vivant, autopoiétique, engendrant et spécifiant continuellement sa propre organisation. L’atelier des possibles, en paraphrasant Deleuze et Guattari, ne commence et n’aboutit pas, c’est un système acentré, non hiérarchique, sans Général, sans automate central, uniquement défini par une circulation d’états.

« Utopie ! » me direz-vous ? Je vous répondrai utopie pirate oui ! Parce qu’être de l’atelier des possibles, c’est être partout et nulle part, c’est occuper provisoirement un territoire, dans l’espace, le temps ou l’imaginaire, pour se dissoudre et renaître autrement, ailleurs, explorer les interstices du monde, s’y installer et semer ! Je vous répondrai oui encore avec eu-topie (en jouant sur les subtilités du grec), parce qu’être de l’atelier des possibles, c’est être porteur de bien, de bien-être, d’idées, d’intelligence partagée, de rêves encore, à se laisser guider sur d’autres chemins de la pensée en écoutant des histoires passées, présentes et à venir.

Je sens que vous allez me dire : « C’est beau de rêver ! Mais qu’y faites-vous ? »  Je vous dirai alors qu’être de l’atelier des possibles, c’est réaliser une alchimie qui transforme l’étonnement, l’inattendu, le rêve en puissance. « Puissance ? Mais vous ne faites rien ! » Détrompez-vous, la puissance c’est l’acte de création qui est, selon Deleuze encore lui, un acte de résistance. Résister, c’est « tenir l’arrêt ». Être de l’atelier des possibles, c’est accepter de s’arrêter, faire acte de création, entre puissance de faire et puissance de ne pas faire, poésie de la pensée qui ouvre de nouveaux possibles. Être de l’atelier des possibles, c’est accepter l’expérience de l’atelier des possibles, l’étonnement comme moteur. Être de l’atelier des possibles, c’est faire une découverte intense et fragile qui ne peut être retrouvée que par le souvenir de la trace qu’elle a laissée en nous, gravée aussi sur les murs des lieux où nous nous sommes posés.

Et là, je vous entends déjà me rétorquer : « Bon d’accord ! J’ai bien compris vous êtes une bande rêveurs mais qu’est-ce qui vous rend invincibles ? » Nous sommes invincibles parce que le présent est notre matière ! Nous sommes invincibles parce que nous sommes libres, nous devenons sans cesse, nous fuyons l’intériorité, nous sommes notre propre dehors, voire le dehors de toute chose. Invincibles parce qu’être de l’atelier des possibles, c’est créer une singularité du présent, inflexion vers l’avenir, c’est être là et ailleurs, à la fois brèche et graine.

Et là, je suis sûr que vous êtes en train de vous demander : « Et vous dans tout cela ? Quelle expérience ? … » Et bien, pour moi, être de l’atelier des possibles, c’est être infiniment en étonnement et infini étonnement d’en être, être de l’atelier des possibles, ce sont les mots du Maître Zen Nansen dans ce dialogue avec son disciple Joshu :

Joshu demanda au professeur Nansen : « Quelle est la véritable Voie? »
Nansen répondit : « La Voie de tous les jours est la véritable Voie »
Joshu demanda : « Puis-je l’étudier ? »
Nansen répondit : « Plus vous l’étudiez, plus vous vous éloignez de la Voie »
Joshu demanda : «  Si je ne l’étudie pas comment puis-je la connaître ? »
Nansen répondit : « La Voie n’appartient pas aux choses vues ; ni aux choses non vues. Elle n’appartient pas aux choses connues, ni aux choses inconnues. Ne la cherchez pas, ne l’étudiez pas, et ne la nommez pas. Pour vous y retrouver, ouvrez-vous aussi largement que le ciel ».

« Et après ? » me demandez-vous. Être de l’atelier des possible, c’est comme en langue Sioux, le mot « au revoir » n’existe pas, …