Signes et mutation du rôle de l’enseignant

Modification de la posture de l’enseignant de manière à prendre en compte les évolutions des publics, des modalités d’enseignement, … Dans un contexte où le rapport au savoir a muté, où les publics présentent des comportements et modes d’interaction nouveaux (omniprésence des réseaux sociaux), comment accompagner les enseignants dans une mutation de leurs pratiques pédagogiques ? Ou comment faire prendre conscience aux enseignants qu’enseigner différemment n’est pas enseigner moins ou enseigner moins bien ?

Petite digression chez Roland Barthes et plus particulièrement dans L’empire de signes. Un des chapitres est consacrée à la ville et au centre. En occident, « Le centre de nos villes est toujours plein : lieu marqué, c’est en lui que se rassemblent et se condensent les valeurs de la civilisation : la spiritualité (avec les églises), le pouvoir(avec les bureaux), l’argent (avec les banques), […] la parole (avec les agoras) : aller dans le centre, c’est rencontrer la “vérité” sociale, c’est participer à la plénitude superbe de la “réalité” ».

Par contre, « l’une des deux villes les plus puissantes de la modernité [Tokyo] est donc construite autour d’un anneau opaque de murailles, d’eaux, de toits et d’arbres, dont le centre lui-même n’est plus qu’une idée évaporée, subsistant là non pour irradier quelque pouvoir, mais pour donner à tout le mouvement urbain l’appui de son vide central, obligeant la circulation à un perpétuel dévoiement. De cette manière, nous dit-on, l’imaginaire se déploie circulairement, par détours et retours le long d’un sujet vide. » En d’autres termes, « Tokyo nous redit cependant que le rationnel n’est qu’un système parmi d’autres. »

De plus, Tokyo n’est pas décrite par « le plan, le guide, l’annuaire de téléphone, en un mot la culture imprimée ». […]. « Cette ville ne peut être connue que par une activité de type ethnographique : il faut s’y orienter, non par le livre, l’adresse, mais par la marche, la vue, l’habitude, l’expérience ; toute découverte y est intense et fragile, elle ne pourra être retrouvée que par le souvenir de la trace qu’elle a laissée en nous : visiter un lieu pour la première fois, c’est de la sorte commencer à l’écrire : l’adresse n’étant pas écrite, elle faut bien qu’elle fonde elle-même sa propre écriture. »

En d’autres termes,  aller vers d’autres modalités d’enseignement, c’est accepter de perdre sa place de centre connu, nommé, détenteur du savoir, pour aller vers un non-centre qui vise à infléchir les trajectoires des étudiants, à leur indiquer un mouvement, une courbure, qui les mènera à intégrer dans leur expérience personnelle cette marque, cette trace, afin qu’ils inventent leur propre lecture/écriture des savoirs.

Référence. Roland Barthes. L’empire des signes. 1970 dans Roland Barthes, oeuvres complètes. Vol. III – 1968-1971. Seuil

Un présent de Techno-vacuité

Qui n’a pas fait son fablabs, son learning center, son pedagolab … une liste de mots magiques et de dispositifs chargés de développer notre capacité à innover, nos performances, et qu’on trouve en bonne position dans la rubrique « innovation » du téléachat universitaire .
Innover, le mot-clé de notre époque. Innover pour survivre, innover pour être visible, pour attirer les politiques de tout bord, innover au risque de disparaître.
Innover comme mot magique et comment ? Avec son fablab, bien sûr !
Croire qu’avec ces deux mots, et bien sûr un bon paquet de millions d’euros, notre société sera capable de re-créer le creuset du MEDIALAB du MIT. Que faisons-nous dans nos *Lab ? On installe des imprimantes 3D, on met des gens ensemble, on apérote, on buzze, on brainstorme, dans la cuisine, dans le cockpit, dans la piscine … voici la recette ! nous l’avons enfin ! des dispositifs racoleurs nommés de façon tout aussi racoleuse qui viendront remplir la marmite à l’innovation !

Dans cette société de recettes, de titres accrocheurs, d’acronymes, …, où avoir des idées se résume à un acronyme, un paquet d’euros, un truc en lab et … miracle, …, euh, … non rien ….! Qu’est-il sorti de tous ces *lab ? J’ai bien peur que la réponse soit rien.

Comme le dit Philippe Meirieu, nous sommes dans une «  « bourgeoisie moyenne » […] qui structure son identité grâce à une culture commune médiocre, celle de «  l’innovation technocratique » . » et qui cache son projet de « l’interdit penser » derrière un mot l’innovation !

Reprenons, le MEDIALAB, c’est un lieu certes, avec un nom en *lab, mais n’oublions-nous pas un ingrédient ? Les hommes qui ont fait ce que le medialab est devenu, qu’on en parle, qu’on le copie, qu’on pense pouvoir recopier la recette ! Petit rappel, créé en 1985 au MIT, le medialab c’est : « Actively promoting a unique, antidisciplinary culture, the MIT Media Lab goes beyond known boundaries and disciplines, encouraging the most unconventional mixing and matching of seemingly disparate research areas. It creates disruptive technologies that happen at the edges, pioneering such areas as wearable computing, tangible interfaces, and affective computing. Today, faculty members, research staff, and students at the Lab work in more than 25 research groups on more than 350 projects that range from digital approaches for treating neurological disorders, to a stackable, electric car for sustainable cities, to advanced imaging technologies that can “see around a corner.” The Lab is committed to looking beyond the obvious to ask the questions not yet asked–questions whose answers could radically improve the way people live, learn, express themselves, work, and play. » (http://media.mit.edu/about)

La question n’est plus, nous allons travailler, imaginer, rêver, collaborer, nous laisser porter par nos rencontres, mais plutôt quel outillage-chromé et brillant fera recettes auprès des financeurs et des communiquants de tout poil. Quel monument à la gloire du vide allons-nous bâtir en oubliant que ce sont des hommes entre eux qui ont permis l’émergence d’idées, qui ont ouvert des chemins d’explorations ? S’il avait fallu construire le medialab pour que les idées germent, nous n’aurions aujourd’hui qu’un bâtiment vieillissant, vide certainement, délabré sûrement mais loin d’être ce qu’il est aujourd’hui. Pour toujours continuer dans cette direction, comme le mentionnait Oakeshott en 1951, dans son essai intitulé « Political education » que cuisiner, comme les sciences et la politique, est un ensemble complexe (le plus souvent invisibles) de pratiques et de traditions nous guidant dans la préparation. Il écrivait alors : « It might be supposed that an ignorant man, some edible materials, and a cokerie book compose together the necessities of a self-made (or concrète) activity call cooking. But nothing is further from the truth. » Ou encore « A cook is not a man who first has a vision of a pie and then tries to make it; he is a man skilled in cokerie, and both his projects and his achievements spring from that skill. »

Pour citer Philippe Meirieu, il faut « Subordonner les outils technologiques à l’aventure intellectuelle et non l’inverse », et comme nous faisons l’inverse, ces constructions ne seront que des monuments à la gloire du vide de notre société !

Allons juste un petit peu plus loin ! Ceci n’est qu’une conséquence d’une tendance actuelle qui est de nous retrancher derrière la technologie, l’instrumentation de nos vies, et surtout subordonner notre pensée à une technologie. Que devient notre rapport au monde quand toute interaction passe au travers d’une technologie ? Que deviennent cette présence dans le monde, notre puissance à y être, à y imposer notre place, le plaisir qui en découle quand le moindre « pas » que nous y faisons est piloté, numérisé, instrumenté. En quelques mots, et comme l’exprime Alain Damasio (https://youtu.be/cR0T5-a6YTc), la technologie

  • vient outiller nos paresses
  • vient conjurer nos peurs
  • nous donne l’espoir de dépasser notre finitude ,

Au sentiment de puissance associé à la technologie, on fait face à une perte, une perte de puissance vitale, une perte de puissance de vivre, d’agir, d’habiter le monde et son corps. Quantifier, numériser, localiser, calculer, mesurer nous amènent à perdre le rapport intime aux muscles, aux corps, au souffle, à l’espace alentour. Arriver dans une ville avec son GPS à qui nous avons délégué notre capacité de nous guider, nous prive de notre capacité à nous orienter, à sentir la ville, à nous y perdre aussi, à l’explorer et la découvrir par notre propre errance qui la fera exister en chairs et en pensées. L’errance constitutive de l’être n’est plus possible. Il n’est plus possible d’envisager de sortir du chemin optimisé par le GPS ; de même, il n’est plus possible de sortir du chemin recommandé par les algorithmes de recommandation, comme l’aventure intellectuelle n’est plus possible ailleurs que dans les techno-lieux stériles.

Comment faire nôtres ces mots de Tania Murray Li, « Imperfection, ambiguity, opacity, disorder, and the opportunity to err, to sin, to do the wrong thing: all of these are constitutive of human freedom, and any concentrated attempt to root them out will root out that freedom as well. » quand l’équation à la mode est : innovation = millions d’euros + bâtiments + vacuité langagière ?

Sans aller jusqu’à tous ces trucs en *lab, le recensement de tous les « dons » d’équipements aux élèves, aux étudiants par les collectivités …  Ainsi créer, penser, c’est explorer, c’est s’engager, c’est se mettre en péril, sentir, c’est prendre son temps, c’est investir l’espace qui nous répond et nous accueille, c’est trébucher, rire seul ou en groupe, .. c’est une alchimie humaine !

Techno-vacuité de ce présent qui n’est ainsi que le mensonge visant à nous cacher de nos paresses, de notre lâcheté et de notre orgueil ! Comme l‘affirme Stanislas Lem, « La société ne peut pas se débarrasser du fardeau d’avoir à décider de son propre sort en sacrifiant cette liberté au bénéfice du régulateur cybernétique ».

Références

To save everything click here. Evgeny Morozov
Proxy Politics: Signal and Noise. Hito Steyerl – http://www.e-flux.com/journal/proxy-politics/
La pédagogie et le numérique. Des outils pour trancher. Philippe Meirieu dans L’école, le numérique et la société qui vient. Denis Kambouchner, Philippe Meirieu, Bernard Stiegler. Mille et Une Nuits. 2012
Summa Technologiae. Stanislas Lem, 1964