Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web

Dans la tendance actuelle de vouloir comprendre la notion de l’identité par le numérique
(à comprendre comme l’identité résultant de l’interaction d’un usager et d’un
environnement ou milieu numérique), une des voies couramment explorée consiste à
analyser les traces ou empreintes laissées volontairement ou involontairement dans le
milieu numérique.

Dans l’approche qui est la nôtre, qui abandonne ainsi la logique standard basée sur la
fouille des données, nous apportons une réponse nouvelle basée sur la mise en
correspondance des modèles philosophiques et des modèles mathématiques autour d’un
concept central, l’errance.
Ainsi, allant de Parmenide à Derrida avec qui nous pouvons décrire « les traces comme
signifiants, résultats des interactions avec de multiples dispositifs techniques qui
deviennent l’espace de manifestation d’une différance », en passant par Ricoeur et
Simondon qui rappellent par exemple, que « l’identité de l’être vivant est faite de sa
temporalité, le chemin étant à la fois monde et sujet », nous pouvons alors rendre centrale,
la notion d’errance en numérique, tel Ulysse dans son errance vers Ithaque ; l’errance en
tant que construction ontologique devenant le modèle de cette marche non tout à fait
aléatoire mais non plus déterministe que nous pouvons alors rapprocher de nos modalités
d’usage des environnements numériques.

L’errance devient ainsi le concept que nous traduisons en modèles mathématiques tels que
les Monte Carlo Markov Chain, qui permettent alors de prendre en compte la dualité
aléatoire et déterministe, dans la construction de trajectoires d’errances au sein des
espaces web que nous utilisons tous les jours.
Ces travaux font également appel aux théories des estimateurs qui nous permettent de
transformer un usager web en un « mobile » se déplaçant dans une représentation
vectorielle du « cyberespace ». Nous modélisons ainsi ce voyage/trajectoire de l’usager,
voyage en tant que représentation de son être en numérique.

Dans cette communication, nous montrerons comment et en quoi l’interdisciplinarité que
nous avons choisie nous a permis d’explorer des voies nouvelles et prometteuses pour la
modélisation de l’identité par le numérique en vue par exemple de mieux configurer les
espaces numériques d’apprentissage.