ELIE – une expérience pédagogique de cours autogéré en L3 Infocom à l’Université de Lorraine

Son ADN
Ci-dessous, la définition d’ELIE, ses objectifs, ses lois, et ses rites.

Objectifs
ELIE est un espace collaboratif élaborant collaborativement un savoir, co-créant un espace collaboratif élaborant …
ELIE est un savoir co-construit et partagé explorant les principes des systèmes collaboratifs, les principes théoriques sous-jacents, les principaux outils, leurs fonctionnalités,
ELIE est un espace collaboratif et social à inventer

Les quatre lois d’ELIE
Toi étudiant, toi enseignant qui rejoint ELIE, ces quatre lois tu respecteras :

  • co-construire ELIE en 7 séances
  • être présent à toutes les séances
  • répondre aux objectifs d’ELIE
  • organiser le commun (Pierre Dardot, Christian Laval. Commun, essai sur la révolution au XXIème siècle – La Découverte, 2014)

Comment ?
ELIE s’appuie sur le principe suivant à savoir, permettre, organiser et favoriser l’appropriation par les étudiants des savoirs. Ceci s’effectue de façon dans une logique d’auto-détermination, de socio-construction et d’autonomie où l’enseignant intervient en guide, en accompagnateur des actions menées par les étudiants. Il n’intervient qu’à la demande des étudiants, il est facilitateur et est lui un guide accompagnant à la demande les étudiants dans cette appropriation.
Les actions auront lieu principalement pendant les heures planifiées. Le modèle de co-construction demande aux étudiants d’être assidus – tout absentéisme non justifié viendra pénaliser l’ensemble du projet. Les actions pourront se poursuivre dans tous les temps intersticiels en s’appuyant sur ELIE.
ELIE s’appuiera sur l’action de groupes mixtes composés de 3 à 5 personnes – ces groupes sont constitués aléatoirement.
ELIE sera accompagné dans son émergence par l’enseignant guide accompagnant et facilitant.
ELIE sera social.

Une identité
ELIE se dotera d’une identité totem (par exemple, un objet co-élaboré détenu par chaque acteur –  cet objet pourrait être fabriqué dans un fablab nancéien par impression 3D)

Évaluation
L’évaluation sera une évaluation par les pairs – chaque groupe-acteur évaluera selon des critères connus de tous la participation des autres groupes-acteurs

Introduction
ELIE s’inscrit au coeur d’une période que nous qualifierons de transition. Comme décrit, en particulier dans le document produit par la FING (http://reseau.fing.org/qntransitions), la transition désigne cette phase très particulière de l’évolution d’un dispositif où celui-ci rencontre un certain nombre de difficultés, de problèmes et qui le pousse à se réorganiser en vue d’atteindre un nouveau point d’équilibre. L’enseignement supérieur fait actuellement face à cette tension, et bon nombre d’études l’ont mentionné (par exemple Rapport de Claude Bertrand – http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Actus/90/1/Rapport_pedagogie_C_Bertrand_2_352901.pdf, Soutenir la transformation pédagogique dans l’enseignement supérieur, 2014 ou encore pour l’école, le rapport Jules Ferry 3.0 – http://www.cnnumerique.fr/wp-content/uploads/2014/10/Rapport_CNNum_Education_oct14.pdf).
Une des dimensions qui nous fait entrer dans cette zone de transition est le numérique, le numérique qui a transformé pour toujours le paysage des réseaux, des médias et de la culture, avec l’internet, le web, la convergence via la dématérialisation, le pair-à-pair, qui a donné naissance au mobile qui a profondément transformé le quotidien de tout un chacun.
ELIE n’est pas un performance pédagogique en numérique, mais en met en oeuvre les leviers, popularisés par la culture du numérique, leviers du distribué, du capacitant (empowerment) et du collaboratif qui se traduisent au travers de :

  • la distribution large de l’information et des capacités, et du pouvoir. En effet, une part de la culture numérique est libertaire, valorisant les contre-pouvoirs et le hacking, les individus et leurs communautés face aux institutions,
  • l’horizontalité des échanges : les usages numériques se déroulent souvent entre pairs, échappant aux instances officielles, à l’autorité des sachants,
  • la collaboration.

Ainsi, ELIE dans la mutation ou plus exactement l’innovation disruptive qu’il met en place, amène ainsi des transformations pédagogiques et de postures des acteurs qui agissent sur la re-distribution du pouvoir d’agir des étudiants, sur la collaboration et les échanges au sein des espaces quels qu’ils soient.
Un cadre – une mutation des pratiques pédagogiques accompagnée par une mutation des espaces.
Nous commencerons par quelques citations.
« Les nouvelles technologies changent la donne en matière d’éducation, surtout dans les relations entre les professeurs et les étudiants. Les enseignants commencent à repenser l’expérience de l’apprentissage, c’est pourquoi nous estimons qu’il est important de remodeler également les espaces éducatifs, afin qu’ils puissent prendre en charge cette évolution », explique Andrew Kim, chercheur au sein de Steelcase WorkSpace Futures et membre de l’équipe Steelcase Education Solutions. Il continue en affirmant que « de plus en plus, les salles de classe deviennent des lieux de création et non plus des lieux de consommation des connaissances par les étudiants ». Enfin,  « Les meilleurs lieux d’apprentissage sont ceux qui rassemblent les individus, les nouvelles technologies et l’espace »
Nous pouvons remonter à John Dewey qui définissait l’interaction comme base de l’enseignement ; celle-ci se produit lorsque les étudiants transforment les informations en connaissances, avec une application et une valeur personnelle. Selon Terry Anderson (https://www.youtube.com/watch?v=rZ_FQl_AJo8), un apprentissage approfondi et pertinent ne peut être élaboré que si au moins une forme d’interaction existe à son niveau le plus élevé : étudiant-enseignant, étudiant-étudiant, étudiant-contenu. Ainsi, l’interaction, l’implication et l’apprentissage actif font partie intégrante de la pédagogie et sont vus comme des fondamentaux. Nous montrons ci-dessous comment ces relations s’établissent au sein d’ELIE – les relations Ens-Et / Et-Cont / Et-Et / Et-Env s’appuient sur la combinaison de présence, de social, de numérique et de réseaux au sein d’un environnement hybride intégrant l’ensemble des dimensions de l’interaction.

ELIE-schémas.001

Figure 1. ELIE, Un environnement hybride

ELIE permet ainsi d’atteindre trois objectifs :

RENFORCER LA COLLABORATION. La collaboration est le moteur de l’innovation. ELIE dispose des espaces et des outils adéquats permettant de collaborer aussi bien en face à face, qu’à distance.
DEVELOPPER LE BIEN-ÊTRE À L’UNIVERSITE. La question du bien-être prend de plus en plus d’importance et dépasse le simple confort physique et ergonomique. ELIE crée un environnement favorisant le bien-être des étudiants et des enseignants.
RÉINVENTER LE RAPPORT À L’ESPACE D’APPRENTISSAGE. ELIE en tant que dispositif hybride met en oeuvre toutes les dimensions de l’espace dans l’apprentissage.

Vers une pédagogie ouverte
ELIE vise donc à proposer, en tant que « performance pédagogique », une mise en oeuvre d’une pédagogie ouverte. Les trois dimensions décrites dans le schéma ci-dessous (http://democratieouverte.org/open-blog/les-3-piliers-de-la-democratie-ouverte-1-la-transparence) en sont constitutives.

pédagogie-ouverte

Nous nous appuierons donc sur le schéma proposé ci-dessus en y ajoutant une dimension nécessaire à la réussite : la confiance (nous reviendrons sur cette dimension). En effet, comment amener un groupe d’étudiants dans une expérience pédagogique inattendue. Cette confiance a été établie dans d’autres UE du semestre précédent, dans lesquelles les activités étaient organisées de façon à responsabiliser l’étudiant en lui permettant de faire des choix et de s’approprier dans un travail réflexif les notions abordées. Et comme le mentionnent (Pelletier et Patry, 2007 dans Viau 2009) dans une relation où « …écouter de façon authentique, accorder du temps pour le travail autonome, offrir l’occasion aux étudiants de discuter en classe, offrir des rétroactions verbales positives relatives à l’effort, offrir des encouragements, offrir des indices qui permettent à l’étudiant de progresser lorsqu’il est bloqué, répondre aux questions et commentaires des étudiants et communiquer de façon emphatique. ». La figure 2 regroupe ces quatre dimensions, en complément du schéma ci-dessus.

ELIE-schémas-2.001

Figure 2. ELIE, Un espace à 4 dimensions

ELIE

Constat
Aujourd’hui, nous ne pouvons pas ne pas constater les évolutions des publics étudiants, de leurs attentes, du changement de rapport au savoir. Que ce soit dans l’expérimentation directe, que dans bon nombre de textes (pour ne citer que le rapport Claude Bertrand, ou le célèbre de Petite Poucette de Michel Serres), et bien sûr dans la dimension numérique incontournable de notre présent. Dans ce contexte, mutation pédagogique signifie s’intéresser à ces quatre points:

  • Les étudiants sont en quête de sens dans leurs apprentissages
  • Une nécessité de retravailler sur la motivation – aller vers une motivation intrinsèque en tenant compte des changements de comportement des publics – par exemple, ce que dit Etienne Klein dans son interview (http://www.letudiant.fr/educpros/entretiens/etienne-klein.html) « Ce que je constate avec les miens – à Centrale –, c’est que leur rapport à la connaissance n’est plus le même que celui de ma génération. Nous, nous apprenions la théorie de la relativité, certes parce qu’elle nous fascinait, mais aussi parce que, en tant que scientifiques, nous considérions que nous en étions les dépositaires et que nous devions donc être capables de la transmettre. Nous considérions que la relativité devait être “en nous”, même si nous n’avions pas l’intention de l’utiliser plus tard dans l’exercice de notre métier. Aujourd’hui, les étudiants ont une conception plus périphérique de la connaissance. Celle-ci n’est-elle pas dans Wikipédia, à portée de clic ? »
  • Une nécessaire prise en compte des côtés sociaux des apprentissages. Rappelons ce qu’écrit Philippe Carré dans son livre l’Apprenante (2005) « On apprend toujours seul mais jamais sans les autres ».
  • Un renforcement de la notion de bien-être dans les apprentissages. Pour favoriser la créativité et l’innovation, il faut mettre l’accent sur le bien-être. Ainsi, lorsque les étudiants, et bien sûr les enseignants avec eux, sont dans un environnement qui favorise les émotions positives, ils peuvent être pleinement productifs, collaboratifs et créatifs. En six grands points – les six dimensions du bien-être dans l’espace de travail (360° http://www.steelcase.com/360 – Numéro 8 – Bien-être) :
    • Optimisme – promouvoir la créativité et l’innovation
    • Pleine conscience – implication totale
    • Authenticité – être soi-même
    • Appartenance – se sentir relié aux autres
    • Sens – avoir des objectifs
    • Énergie – être dynamique et motivé

Mise en oeuvre
Le groupe concerné est constitué de 42 étudiants majoritairement inscrit en L3 Information Communication. Cette UE fait partie du parcours transversal « Découverte de l’internet des médias numériques », parcours qui s’adresse à l’ensemble des étudiants inscrits en licence dans l’UFR SHS de l’université de Lorraine, toutes disciplines confondues.
Les objectifs de cette UE sont de découvrir les concepts, notions de base et les outils numériques permettant d’une part la recherche d’informations, et d’autre part, le travail collaboratif en ligne. Elle regroupe les deux enseignements suivants dont voici les descriptifs (issus de http://infocom.blog.univ-lorraine.fr) :

Introduction à la recherche d’information en ligne – Ce cours, sous forme de TD, présente les outils et méthodes de formation à la recherche documentaire à travers : une typologie des documents et ressources en ligne, une introduction aux caractéristiques et outils de recherche d’information, une sensibilisation des étudiants aux grands principes de la démarche documentaire (exploitation de l’information, respect du droit d’auteur, évaluation de la qualité de l’information…).
Environnements collaboratifs en ligne – Les grands principes des systèmes collaboratifs en ligne seront étudiés (élaboration et transmission de compétences et de savoirs, gestion et animation de plateformes) ainsi que les principaux outils du travail collaboratif (forums, wikis, plateformes documentaires, cartes sémantiques, agrégateurs de flux…). Cette EC insiste sur la découverte d’applications par la prise en main de ces différents outils.
Afin qu’ELIE dispose d’un espace-temps suffisant, nous avons regroupé ces deux enseignements. ELIE se déroule, au niveau de l’emploi du temps officiel, sur 7 séances de 4 heures. Ainsi sur la base des lois données en préambule de ce texte, les étudiants d’ELIE ont pris en charge :
Les réflexions collectives

  • mettre en place aléatoirement des groupes de 4-5 étudiants
  • créer une identité
  • proposer des modalités d’évaluation
  • identifier les sous objectifs pédagogiques
  • négociation pour attribuer à un groupe un sous objectif pédagogique

Le principe d’ELIE étant de créer une entité collaborative, les étudiants ont donc co-élaboré une méthodologie de collaboration –

Capture d’écran 2015-04-15 à 13.50.53
Groupe Facebook

  • dans un premier temps, la structuration s’est faite au niveau des groupes, puis à émerger le besoin d’avoir une coordination des groupes – et ils ont voté pour officialiser le rôle qu’une d’entre eux avait commencé de assurer de façon informelle.
  • chaque groupe s’est outillé selon le livrable et ses envies
  • et le groupe a choisi d’utiliser un groupe fermé sur Facebook pour outiller la collaboration au niveau global – les enseignants sont membres de ce groupe.

Ci-dessous, quelques modalités de travail qui se sont spontanément mises en place, exploitant la modularité de la salle.

Capture d’écran 2015-05-20 à 08.51.08

Nous assistons alors à un groupe qui petit-à-petit s’organise et se distribue les travaux en respectant les objectifs d’ELIE.
Dans les premiers temps, la réflexion sur l’identité a été initiée. Elle a mené à la réalisation d’un totem que sera transmis aux groupes des années suivantes. Ce totem a été modélisée par une étudiante qui, suite à la visite au Fab Living Lab de l’université de Lorraine, a appris à utiliser le logiciel Sketchup générant des modèles 3D compatibles avec les imprimantes 3D du lab.

totem-ELIE cerveau-TOTEM-ELIE ELIE-TOTEM

Définir les critères d’évaluation ont également fait l’objet de discussions, et de négociations. Après une version initiale, le fonctionnement d’ELIE a fait adapter ces critères au contexte de l’expérimentation.
Enfin, l’objectif pédagogique d’étude des environnements collaboratifs en ligne a été décliné en sous objectifs pédagogiques, et c’est par un processus de négociation / consensus que les groupes se sont affectés les travaux à réaliser. Ci-dessous, une extraction de Facebook décrivant l’organisation retenue.

Capture d’écran 2015-04-15 à 13.48.53

Dans les besoins qui ont également émergé des réflexions que les étudiants ont menées, nous trouvons un besoin de réaliser un bilan d’ELIE. Ce bilan a été vu aussi pour pouvoir améliorer le dispositif pour l’année prochaine. De la même façon que le TOTEM s’est installé comme la matérialisation de l’installation d’ELIE dans la durée, les étudiants ont par eux-mêmes identifié le besoin de faire d’ELIE quelque chose de vivant et en perpétuelle évolution et amélioration.

Conclusion

photo5Dans cette conclusion,nous reviendrons sur l’ensemble du projet, des aspects remarquables, mais  également au regard du bilan. Un point important est la confiance qui s’est établie entre l’enseignant et les étudiants. La réussite de ces pédagogies alternatives est étroitement liée à la relation enseignant-étudiants – cette relation de confiance est une sinon la condition sine qua non de la réussite. En rejoignant Daniel Pennac : « Il suffit d’un professeur – un seul ! – pour nous sauver de nous-mêmes et faire oublier tous les autres. »
Comment créer cette confiance ? Une première action est de favoriser le sentiment d’appartenance (Anderman et Freeman, 2004), et « pour que le sentiment d’appartenance soit encore plus fort et favorise d’avantage la dynamique motivationnelle des étudiants, la classe doit devenir une communauté d’apprenants. Cette expression désigne un ensemble de personnes qui, à travers leur interaction et leur soutien mutuel, visent des buts d’apprentissage. Les étudiants qui forment une réelle communauté d’apprenants dans une classe travaillent donc pour acquérir de nouvelles connaissances et compétences dans un domaine donné, et ce, en comptant sur l’aide et l’encouragement de chaque membre de la communauté. » (Viau, 2009). Confiance et appartenance à une communauté ne faisant pas tout, nous pouvons alors nous reporter à la théorie de l’autodétermination de (Deci et Ryan, 1985) qui identifie trois besoins nécessaires à l’émergence de la motivation intrinsèque : le besoin d’autodétermination, lié au besoin de se sentir compétent et au besoin d’entretenir des relations avec les autres. La figure 3 propose un modèle synthétique de cette performance pédagogique. Elle s’appuie à la fois sur les éléments décrits ci-dessus mais prend en compte un modèle élaboré par (Lebrun, 2005). Autour de la traditionnelle structure Consignes/Information – organisation – production, nous montrons que pour que de tels dispositifs fonctionnent, les apports de l’engagement et de la confiance, mènent les acteurs à une dimension d’« empowerment ».

ELIE-schémas-3.001
Figure 3. ELIE, modèle d’apprentissage

Un autre point essentiel à relever est qu’un dispositif comme ELIE se place comme un processus disruptif. En effet, nous proposons de nouveaux modes d’organisation s’appuyant sur un changement de modèle, des outils existants et remet la technologie à sa place c’est-à-dire en tant que moyen parmi d’autres permettant la réalisation d’une communauté apprenante. La technologie et plus particulièrement les outils du numérique sont au service de l’action, des idées, des besoins.
Enfin, pour conclure avec (Bergson, 2007), nous nous plaçons dans ce qu’il énonce dans l’évolution créatrice. ELIE, dans son ADN même, en tant qu’« espace collaboratif élaborant collaborativement un savoir, co-créant un espace collaboratif élaborant … » est le dispositif pédagogique qui permet de nous créer nous-mêmes apprenants et/ou enseignants, ou mieux encore, d’être ce que nous faisons. Dans ce processus de création de soi par soi, apprenant soi-même apprenant, enseignant soi-même enseignant, ELIE crée cette opportunité de ré-appropriation au sein d’un espace d’émergence de soi agissant.
« Nous sommes condamnés à devenir inventifs, intelligents, transparents. L’inventivité est tout ce qui nous reste. La nouvelle est catastrophique pour les grognons, mais elle est enthousiasmante pour les nouvelles générations car le travail intellectuel est obligé d’être intelligent et non répétitif comme il l’a été jusqu’à maintenant. » Michel Serres

Remerciements
Krista ARMANCE, Sarah BAGUET, Guillaume BARTLETT, Antoine BECKA, Julie BECKER, Quentin BONNARD, Charlotte BOULON, Kenza CHATAR, Lindsay CHOGNON, Romane D’HONDT, Morgane DARCOURT, Émile DOS SANTOS, Kamal DOUDOU, Mamadou DRAMERA, Louise DURAND, Élodie FANCHONNA, Juliette FAUGUET, Hugo FOLIGNONI, Maxime GUYOT, Alexis HEREL, Manon LEONARD, Carole MANGIARDI, Lou MEDICO, Cherifa NAILI, Chloé PRONZOLA, Nedjma RABAH, Marion MARION, Mélody RAVILLON, Julien RECOUVREUR, Lisa RIBEIRO FERNANDES, Margot RICHARD, Lucille ROBERT, Aline ROMBAUT, Cindy SLUGOCKI, Charline STOFFMACHER, Chloé TRONTIN.

Et ma collègue Audrey KNAUF.

Bibliographie

Anderman, LH et Freeman, TM (2004). Students’ sense of belonging in school. Dans P.R. Pintrich et M.L. Maehr. Motivating students, improving schools: the legacy of Carol Midgley (27-63). Advances in motivation and achievement, Vol.13, New-York: Elsevier.
Bergson, H. (2007). L’évolution créatrice, Presses universitaires de France, [1907]
Pierre Dardot, Christian Laval. Commun, essai sur la révolution au XXIème siècle (La Découverte, 2014)
Deci, EL et Ryan, EM (1985). Intrinsic motivation and self-determination in human behavior. New-York: Plenum Press.
Lebrun, M. (2007). Quality Towards an Expected Harmony: Pedagogy and Technology Speaking Together About Innovation. AACE Journal, 15(2), 115-130. Chesapeake, VA: AACE
Lebrun, M. (2005). Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre : Quelle place pour les TIC dans l’éducation ? 2ème édition revue. De Boeck (Bruxelles), 206 pages
Michel Serres. Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive. Conférence pour les 40 ans de l’INRIA. interstices.info (2007)
Viau, R. (2009) La motivation en contexte scolaire. Pratiques pédagogiques. 2ème édition. De Boeck.


2 thoughts on “ELIE – une expérience pédagogique de cours autogéré en L3 Infocom à l’Université de Lorraine”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *