Nowakowskismes 4.2 – Vertiges – Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves?

Vertiges ce soir, vertiges de l’espace, des questions qu’il nous pose, vertiges d’oser imaginer au delà des limites du « réel ». Ce soir, les Nowakowskismes seront Vertiges face à l’espace, face aux questions qu’il pose, face à cet humain qui se débat sur cette poussière perdue dans l’infini, poussière qui est pour autant notre univers. Alors prêts ? C’est parti !
« Il ne se déplaçait pas sur une trajectoire habituelle aux astéroïdes, selon une ellipse qu’il réemprunterait au bout de quelques années avec la précision d’un mécanisme d’horlogerie. C’était un objet solitaire errant entre les étoiles, rendant sa première et dernière visite au système solaire, car sa célérité était telle que jamais le champ gravitationnel du soleil ne pourrait le capturer. »
Ces lignes sont extraites du livre « Rendez-vous avec Rama » d’Arthur C. Clarke. En 2131, les radars terrestres destinés à protéger la Terre des astéroïdes géocroiseurs (ceux dont la trajectoire pourrait les amener à percuter la Terre), découvrent un astéroïde de grande taille dont les paramètres orbitaux indiquent une origine en dehors du Système solaire. Cet astéroïde est baptisé Rama en l’honneur d’un dieu du panthéon hindou (parce que tous les noms des dieux des autres panthéons ont tous été utilisés). L’objet se révèle en fait rapidement être un gigantesque cylindre quasi parfait, dont les dimensions sont d’environ 50 km de long par 20 km de diamètre. Il s’agit donc incontestablement d’un artefact d’une civilisation technologiquement très avancée, un espace immense à explorer, un monde de structures, d’escaliers vertigineux, de routes, et vieux de plusieurs millions d’années !

Vertiges 1

Nous ne sommes pas dans Arthur Clarke mais il y a quelques semaines, les téléscopes ont détecté un étrange objet. Baptisé « Oumuamua » qui signifie « éclaireur » en hawaïen, sa forme allongée  intrigue. Il ne ressemble à aucun des astéroïdes du Système solaire et, pour le moment, les astrophysiciens ne peuvent pas expliquer sa forme étirée qui le fait ressembler à un long cylindre d’environ 400 mètres de long. Trop petit pour être le vaisseau Rama, du roman d’Arthur Clarke, ne pourrait-il pas être tout de même une sonde interstellaire de passage dans notre Système solaire ? Ou alors, pourrait-il s’agir d’une sonde interstellaire de type von Neumann par exemple.
Qu’est-ce qu’une sonde de type Von Neumann ? C’est une machine autoréplicative ou autrement dit, une machine qui est théoriquement capable de fabriquer seule une copie d’elle-même en utilisant des matières premières prises dans son environnement. Le concept de machines autoréplicatives a été proposé et examiné par plusieurs chercheurs dont John von Neumann, génial mathématicien touche à tout, plus connu pour ses contributions à la théorie des jeux, à la logique mathématique et pour l’architecture des ordinateurs que nous utilisons tous les jours. Ce concept s’inscrit dans les projets impliquant l’extraction de lunes et des ceintures d’astéroïde pour le minerai et d’autres matériaux, la création d’usines lunaires et même la construction de satellites solaires dans l’espace. On parle de « machines de von Neumann ». Von Neumann a aussi travaillé sur ce qu’il a appelé le constructeur universel, une machine autoréplicative qui fonctionnerait dans un environnement d’automates cellulaire. Fermons la parenthèse.
Donc, « Oumuamua » pourrait bien être une machine pilotée par une super Intelligence Artificielle et rien n’interdit de croire que cette sonde a ralenti temporairement en fonçant dans le Système solaire pour l’étudier un peu, jeter un oeil à la Terre, tout en restant hors de portée des vaisseaux de l’humanité, par sécurité ou pour ne pas déranger ? Ce serait le retour du monolithe de 2001 l’odyssée de l’espace, revenu plusieurs millions d’années plus tard, usé par le temps et l’espace pour voir ce qu’il est advenu de cette espèce qu’il a aidé à émerger du chaos ?
Peut-être cette machine est-elle en train d’essayer d’établir un contact temporaire par radio avec nous, un peu comme dans un autre roman d’Arthur Clarke, « Les Fontaines du paradis », roman mettant en scène une telle machine baptisée « le Vagabond des Étoiles ». Cette question n’est donc pas si idiote puisque les membres du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) ont entrepris d’écouter « Oumuamua » avec l’Allen Telescope Array (ATA) mais aussi le Green Bank Telescope dans le cadre du projet Breakthrough Listen, en tentant d’intercepter un signal dans la fameuse bande 1,1-1,9 GHz, où se trouve la raie à 21 cm de l’hydrogène : une bande que l’on pense privilégiée pour la communication interstellaire.
Et finalement, pour finir et nous ramener à la solitude qui est peut-être la nôtre, voici quelques lignes de Rendez-vous avec Rama, « on pourrait se perdre en conjectures, la nature et le dessein d’« Oumuamua » nous resteront totalement inconnus. « Oumuamua » s’est peut-être servi du système solaire comme d’une pompe à essence, ou d’un chargeur de batterie, et nous tournera la dos avec mépris, appelé par d’autres affaires autrement plus importantes. Sans doute, n’aura-t-il jamais connaissance de l’espèce humaine ! »
C’est donc la première fois que des scientifiques ont l’occasion d’examiner de près un morceau de matériau, quelque chose provenant … d’un autre monde. Vertige !

L’histoire d’« Oumuamua » m’amène à retrouver un vieil ami et tout d’abord un autre vertige, vertige suggéré par une question. Et quelle question ! 

Il s’agit du paradoxe énoncé en 1950 par le physicien Enrico Fermi. Au cours d’un repas avec des collègues, il s’interroge sur la possibilité d’une vie, et d’une visite extraterrestre. Constatant que notre soleil est une étoile jeune à l’échelle de la galaxie, il formule la question suivante :

« S’il y a des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient déjà être chez nous. Où sont-ils ? »

Un auteur de science fiction a cherché à répondre à cette question. Il s’agit de Stephen Baxter, et plus particulièrement dans le cycle « Les univers multiples ». Baxter affiche une volonté féroce de dévoiler la multitude des possibles avec une hard science-fiction pointilleuse, basée sur des découvertes technologiques et scientifiques solidement attestées. Il n’a de cesse, dans ses romans, astucieux et foisonnant d’idées, de vilipender la frilosité des institutions, refaisant au passage l’histoire de la conquête spatiale. Il déplore alors la perte de l’esprit pionnier rappelant la fragilité de l’humanité et son caractère éphémère au regard de l’histoire de l’univers. Pour lui, l’humanité doit quitter son berceau terrestre pour accomplir son destin d’espèce intelligente en allant coloniser l’espace.
Donc, le cycle des « Univers multiples » gravite autour de cette question des extraterrestres. Et Baxter répond en plusieurs points, déclinant ses propositions en trois épais romans.
Le premier, intitulé Temps, explore l’hypothèse d’un univers dépourvu de toute autre forme de vie intelligente. A la question de Fermi : « Où sont-ils ? », il répond : « Nulle part ». Et ce n’est pas la vision du futur offerte par un artefact venu de l’avenir, la perspective d’une fin du monde probable ou l’apparition de mutants aux desseins mystérieux qui rassure l’humanité. Bien au contraire, ces faits l’accablent et l’affolent, ressuscitant les pires réflexes de préservation de l’espèce. Par le biais de la physique quantique, Stephen Baxter nous projette à la fois dans l’avenir, au terme de l’univers, et dans l’arborescence des possibles. Deux interrogations lancinantes traversent le roman. Que deviendra l’intelligence une fois l’humanité disparue ? Comment parvenir à vaincre l’entropie ?
Le second, intitulé Espace, répond au paradoxe de Fermi par une autre question : « Pourquoi les extraterrestres n’arrivent-ils que maintenant ? » Baxter imagine en effet que la vie est présente partout dans l’univers. Sous diverses formes, elle grouille littéralement, affichant ses manifestations passées et présentes aux yeux d’une humanité désormais ravalée au rang d’espèce superflue. Toutefois, si la vie intelligente abonde et prolifère, pourquoi aucune civilisation extraterrestre n’est-elle parvenue à conquérir et dominer la galaxie ? Et là, dans une remise en question de la narration en jouant sur la causalité, la temps, l’espace, et comme selon lui, la vie bourgeonne partout, elle finit par arriver dans le système solaire, par vague de machines de Von Neumann venues d’autres galaxies. Il suffisait d’attendre un peu, comme quand on attend que l’eau se mette à bouillir, après les premières bulles, c’est parti ! Mais malgré cela, une question de fond subsiste : peut-être que « Quelque chose tue les civilisations semblables à la nôtre avant que nous allions trop loin ! Peut-être nous auto-détruisons-nous ?
Je ne parlerai par d’Origine, troisième volet de la série, je vous avoue, il n’est pas terrible. Mais ce vertige de l’exploration, de l’appel de l’espace, cette maîtrise technologique ne fait que nous ramener au plus près de ce que nous sommes, des êtres fragiles, capables des pires cauchemars comme des plus magnifiques rêves !

De retour sur Terre, le vertige n’est plus une affaire d’espace, ni de temps, mais de rêve et d’espoir d’une humanité apaisée. Nous retrouvons pour cela une écrivaine peu connue, Octavia Butler. 

Quelques mots dans le temps. En 1963, Martin Luther King Jr, nous a mis en garde contre l’ajout « d’obscurité plus profonde à une nuit déjà dépourvue d’étoiles ». Il a écrit que les ténèbres ne peuvent chasser les ténèbres, que la haine ne peut pas chasser la haine, et il nous a rappelé que seul l’amour peut le faire. Trente ans plus tard, Octavia Butler écrit dans son roman « Parabole du semeur » que « notre destinée est de prendre racine parmi les étoiles ».
Le militant et l’artiste semblent d’abord avoir été engagés dans un travail de vie nettement différent, mais ils ont fait un rêve commun de l’avenir. Leur travail est lié par la foi associée à une fusion des enseignements spirituels et de la conscience sociale, un évangile social futuriste en quelque sorte. Dans son essence, le travail de justice sociale, que Luther King a incarné et que Butler a si habilement exprimé dans son roman et ses histoires, porte sur l’amour – un amour qui est les meilleurs espoirs et souhaits pour l’humanité dans l’âme.
Aujourd’hui, la justice sociale représente l’un des plus importants défis à la conscience de notre monde. Les nouvelles technologies et les politiques politiques des entreprises permettent d’accumuler de la richesse et du pouvoir d’une manière étonnante et fantastique tout en creusant le fossé entre ceux qui ont et ceux qui ne le font pas. Dans le grand et beau monde, le fossé s’élargit, pervers et inexorable, se moquant de la liberté, de la justice, de la démocratie et même de la miséricorde. James Baldwin a dit que nous ne sommes pas nés en sachant ce que signifient ces concepts, qu’ils ne sont ni communs ni bien définis. Et du coup, « les individus, doivent faire un énorme effort pour arriver au respect des autres personnes que ces mots impliquent ». L’humanité ne peut faire autrement que de fournir un effort soutenu et concentré pour créer des sociétés qui accorderont la même signification aux mots respect et sens.
Un filou, un enseignant, le chaos et l’argile, Dieu tel que le décrit par Octavia Butler dans ses « La Parabole du semeur, et Parabole des talents », c’est le changement. Puisse-t-il engendrer de nouvelles conversations dans les salles de classe, inspirer des discussions vigoureuses dans les cafés et les clubs de lectures, et créer de nouveaux outils d’organisation et de nouveaux cas d’études permettant l’élaboration de vraies stratégies pour de nouvelles organisations communautaires.
Chaque fois que nous essayons d’imaginer un monde sans guerre, sans violence, sans prisons, sans capitalisme, nous nous engageons dans la fiction spéculative. Toute organisation est de la science-fiction. Les organisateurs et les militants consacrent leur vie à créer et à imaginer un des histoires de science-fiction ?
Octavia Butler a exploré les intersections de l’identité et de l’imagination, les zones grises de la race, de la classe, du sexe, de la sexualité, de l’amour, du militarisme, de l’inégalité, de l’oppression, de la résistance et, plus important encore, de l’espoir. Alors la question devient, non pas celle du retard de la rencontre avec les extraterrestres, mais celle qui nous concerne et qui est : Sommes-nous assez courageux pour imaginer au-delà de la limite du «réel» et ensuite faire le dur travail de sculpter la réalité à partir de nos rêves?

 

Références 

Rendez-vous avec Rama, Arthur C. Clarke, J’ai Lu, 1975
Les univers multiples, Temps, Espace, Origine, Stephen Baxter, Pocket, 2007
La parabole du semeur, La parabole des Talents, Octavia Butler, Au diable faubert, 2001
Octavia’s brood, edited by Adrienne Marie Brown et Walidah Imarisha, AK Press, 2015


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *