Nowakowskismes – N°1 – une histoire de traces

Coup de coeur ! Traces éternelles

L’éternité selon eterni.me – Bienvenue dans le monde moderne – un abonnement pour l'”éternité” !

Eterni.me propose une immortalité sur abonnement.

De votre vivant, Eterni.me va vous demander de livrer tous vos souvenirs, les meilleurs, les pires. Vos impressions, vos réflexions, vos émotions, vos jeux d’enfants, votre spleen d’adolescent, vos premiers émois, la première fois, vos amours et puis aussi vos emmerdes.

Elle va ainsi créer un avatar numérique qui aura votre visage.

Si vos descendants paient les mensualités avec régularité, ils pourront dialoguer avec vous via chatbot.

Eterni.me va même jusqu’à se présenter comme une bibliothèque, faite non de livres mais de personnalités : un trésor pour l’humanité qui revendique aujourd’hui 34 114 abonnés !!!!!

Bref vous voyez, l’éternité n’a pas fini de faire débattre, et elle est à vendre

Références

  • La cité des permutants de Greg Egan !
  • Les enfers virtuels de Iain M. Banks

Le dossier – Traces collectées

Ce qu’il faut savoir sur le méga-fichier de données personnelles du gouvernement par un décret publié le 30 novembre.

60 millions de Français mis en fiches !

Les informations recueillies pour établir une carte d’identité ou un passeport sont jusqu’à présent conservées dans deux fichiers distincts. Quand les arrêtés d’application du décret auront été pris, tout renouvellement sera fait à partir d’un système unique, qui doit donc répertorier quelque 60 millions de citoyens français, selon un chiffre cité par la CNIL.

Seuls les enfants les plus jeunes, ne disposant pas de titre d’identité, y échapperont.

Les données personnelles recueillies seront le nom de famille, le nom d’usage et les prénoms, la date et le lieu de naissance, le sexe, la couleur des yeux, la taille, le domicile, les noms, prénoms, dates et lieux de naissance des parents, leur nationalité, mais aussi une photo du visage, éventuellement les empreintes digitales, ainsi qu’une adresse email quand elle a été fournie.

Sans compter d’autres informations concernant l’historique du titre d’identité, notamment s’il a déjà été invalidé.

Le retour d’un projet censuré en 2012

La République a-t-elle besoin d’une base de données qui répertorie tous ses citoyens par leur sexe, la couleur de leurs yeux, leur taille, le nom de leurs parents, leurs empreintes digitales, leur photo ou encore leur adresse email?

Avec le fichier dit “TES” pour “titres électroniques sécurisés” dont la création a été annoncée au Journal officiel le 30 octobre, le gouvernement met en place, malgré les réserves de la CNIL, un outil de recueil des données personnelles que les défenseurs des droits de l’homme estiment contraire aux valeurs d’une démocratie.

Le gouvernement a paré au grain cette fois-ci (les contestataires comparant un tel fichier au fichier général de la population établi par le régime de Vichy ou tout simplement la CNIL qui a déjà invoqué l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ») : « Le traitement ne comporte pas de dispositif de recherche permettant l’identification à partir de l’image numérisée du visage ou de l’image numérisée des empreintes digitales enregistrées dans ce traitement ».

Le dossier Traces maîtrisées

Déjà un principe – le principe du milieu associé, que Bernard Stiegler emprunte à Gilbert Simondon pour qualifier « les cas où l’utilisateur devient un élément de paramétrage du dispositif technique par l’usage ». C’est cette capacité donnée à l’utilisateur de co-construire l’environnement par ses propres pratiques.

Aménagés de façon à soutenir cette fabrique des individualités, les dispositifs techniques et médiatiques promettent à chacun la possibilité de façonner à sa guise d’abord l’accès aux connaissances, puis les connaissances elles-mêmes. Ajustés aux centres d’intérêt, les contenus s’adaptent ainsi au contexte, aux préférences et aux besoins de chacun. De plus, l’interopérabilité des plateformes (entre réseaux sociaux, entre ordinateurs) facilite la migration des données d’une interface à une autre et la recomposition des informations à la demande. Il n’y a plus un document maître et des copies, mais des cascades d’états où l’information s’adapte à chaque utilisation. Cette logique fait du Web 2.0 moins un tournant technologique qu’une nouvelle modalité de médiation qui reconfigure peu à peu tous les systèmes d’accès, de partage et surtout de participation.

Le prix à payer remonte aux origines même du numérique – lorsque les utopies hippies se sont écroulées pour se retrouver dans cet ailleurs qu’est le numérique (je vous invite à regarder les films Woodstock et Vanishing Point), et que les artisans du Whole Earth Catalog ont investi cet ailleurs et en ont fait le lieu d’une économie des données –  – ce sont les traces que nous laissons, traces qui ont conduit les innovateurs, les décideurs et les experts à s’intéresser de plus en plus aux données de l’usager, jusqu’à les placer au coeur des enjeux économiques, technologiques et sociétaux du réseau. À l’heure où « le lieu des liens » se transforme en un vaste système de recommandation sociale, il va de soi qu’il n’y a pas de vie numérique sans capture, enregistrement et mise en circulation des traces d’usage.

Mais quels sont alors les bénéfices que l’utilisateur peut tirer de ses propres traces ? Tout reste à inventer, mais ce ne sera possible qu’à la condition de passer à des formes collaboratives ou collectives d’appropriation, pour que leur exploitation ne soit pas seulement commerciale ou personnelle, mais sociale.

Une question s’impose alors à nous : comment ce qui relevait de l’insignifiant, de l’infinitésimal ou de l’irréfléchi en est venu à occuper une place centrale dans l’économie, l’architecture et les représentations de l’environnement numérique ?

Comprendre la traçabilité en numérique, c’est d’abord mesurer l’impact des procédures de personnalisation, qui modifient les protocoles de publication et inversent la priorité entre les types et les singularités. Dans cet environnement, l’utilisateur aménage ses espaces plus qu’il ne produit des contenus inédits ! Même dans ses usages les moins productifs, l’utilisateur ne peut demeurer passif. Il doit au pire concéder, au mieux négocier ou administrer sa traçabilité, afin de rendre praticables les plateformes auxquelles il se connecte.

Ces lieux aménagés sont alors plus des espaces animés par des pratiques et des trajectoires personnelles que des enceintes d’où s’exerce un pouvoir gestionnaire.

Les enjeux sont alors dans les pratiques et dans la réappropriation par les usagers.

Développer une compétence numérique ou avoir conscience des enjeux de l’humanisme numérique revient alors à anticiper sa traçabilité au lieu de la subir : faire trace, pour substituer à l’identité le plein exercice d’une présence.

Se réapproprier ses traces, c’est passer d’une traçabilité des personnes à une traçabilité des contenus, en restaurant la diversité des manières de relier : ordre alphabétique, hiérarchie, filiation, thème, chronologie, projet, préférence, hasard… C’est à ce prix que sera maintenue la possibilité d’un espace commun, ouvert et non programmable.

Le « Commun » redécouvert par les potentialités offertes par le numérique vient nous dire qu’il est possible d’agir ensemble sans s’en remettre à une avant-garde, un intellectuel (nécessairement) éclairé ou une direction (évidemment) compétente.

Les indices de présence ne sont plus les empreintes d’un ça-a-été (Barthes), mais les indicateurs de transactions possibles (à la différence du livre, l’Internet permet que se déposent les traces de ces activités).

Plutôt que de restreindre ou protéger ses données, l’internaute a donc intérêt à faire trace, c’est-à-dire à inscrire ses empreintes dans une communauté, un contexte et une temporalité. Pour s’affranchir de l’algorithmie profilaire qui cloisonne les univers informationnels, la traçabilité doit être reconnectée à des communs mémoriels et agissants.

Que signifie alors l’explosion des avis et des créations improvisés des amateurs sur la toile ? Dessine-t-elle l’ébauche d’une société de consommateurs plus actifs ? C’est-à-dire d’amateurs restant certes à leur place de spectateurs, mais mieux formés, plus avertis, plus lucides ?

Pour conclure, je m’en remettrai à Agamben dans Profanations qui dit :

« C’est pourquoi il faut arracher à chaque fois aux dispositifs la possibilité d’usage qu’ils ont capturée. La profanation de l’improfanable est la tâche politique de la génération qui vient. ».

Final en culture – Le cycle de la culture de Iain M. Banks

La Culture est une vaste société galactique, multiforme, pacifiste, décentralisée, anarchiste, tolérante, éthique, agnostique et cynique, peut-être ultimement conformiste, s’en doutant et s’en défendant. La Culture est si soucieuse d’assurer l’égalité des droits en fonction des sexes, des âges, des races, des origines, des capacités en général et même des conditions de fabrication, qu’elle a pratiquement oublié que des discriminations pouvaient se fonder sur des critères aussi anodins et qu’elle le redécouvre toujours douloureusement à l’occasion de nouveaux contacts.

La Culture existe. En fait, elle existe depuis bien plus longtemps que les civilisations terrestres. Les quelques chronologies que Banks a laissées trainer ici et là dans son oeuvre laissent entrevoir les grandes lignes d’une autre Histoire, d’une histoire à l’envergure galactique, où la Terre n’occupe que la position d’une note marginale dans une annexe. La Culture n’est pas notre avenir. Elle a probablement tripoté discrètement notre passé et il lui arrive sans doute d’intervenir dans notre présent, mais elle ne s’intéresse pas beaucoup à nous. Elle attend tranquillement que nous la rejoignons, ce qui peut prendre encore un certain temp.

La Culture est une société aux contours assez flous s’étendant sur des milliers d’années-lumière, qui occupe éventuellement des planètes mais qui préfère en général habiter de gigantesque complexes spatiaux du type Véhicule Système Général (VSG), qui répondent à des noms aussi fleuris que Culte du cargo ou Jamais tout à fait satisfaite, ou encore Jeune Voyou. Les noms des vaisseaux évoquent plus ou moins bien les tempéraments des Intelligences Artificielles, les Mentaux (IA) qui les animent et les conduisent. Ils traversent l’espace à des vitesses des milliers de fois supérieures à la vitesse de lumière. Dans la culture, la vitesse du message n’est plus supérieure à la vitesse des moyens de transport. (voir Le sens du vent)

La Culture est probablement dirigée par les IA. Mais la plupart des humains ou quasi-humains et autres peuples biologiques qui en participent n’en ont cure. Ils considèrent qu’ils abandonnent aux IA les tâches subalternes et ennuyeuses de la gestion d’une société de quelques centaines de trilliards d’individus, IA incluses, et qu’ils sont faits pour s’amuser et pour créer.

C’est sans doute aux qualités organisatrices des IA que la Culture doit sa prospérité, sa stabilité, et son extraordinaire plasticité qui lui permet d’absorber, la plupart du temps en douceur, les cultures qu’elle rencontre dans son expansion à travers l’espace.

Iil y a aussi les drones. Les drones tiennent une place importante dans les récits de Iain M. Banks parce qu’ils entretiennent des relations directes avec les humains. Ils leur servent de gardes du corps, de secrétaires, de documentalistes, de valets de chambre, de chauffeurs, de cuisiniers, … d’amis. Ils ne sont pas nécessairement plus gros qu’une boite d’allumettes mais ils peuvent agir très fort, très vite, très malin.

Pourquoi les drones acceptent-ils cela, apparemment sans réserve, ni rancoeur ? Comme la plupart des intelligences, les drones éprouvent le besoin de donner un sens à leur vie. Ils sont donc assez satisfaits de guider et de protéger ces petits êtres fragiles, faibles, curieux, imprévoyants, esthétiquement improbables, intellectuellement limités mais si stimulants parce que tellement imprévisibles, les humains et autres créatures biologiques. Bien qu’ils s’en défendent, les drones sont d’autre part extrêmement sentimentaux. Ils finissent par s’attacher à leur humain. Un drone est pratiquement immortel, presque toujours réparable, et toujours améliorable à coups de mises à jour.

Pour conclure, et surtout vous donner envie de lire Iain M. Banks, la Culture vise comme objectif d’être une assez bonne société.

Et donc, qu’est-ce que serait pour vous une société assez bonne ?

Une petite sélection dans le cycle de la culture

  • L’homme des jeux
  • Excession
  • Le sens du vent

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *